AccueilActualitésActualités 2017Valencia. 15 mars. Paco Ureña frôle la Puerta Grande.

Paco Ureña aurait pu hier emprunter la Puerta Grande des arènes de Valencia si les aciers ne lui avaient pas fait défaut à l’issue de la lidia de son premier adversaire.

Le murciano, qui avait bien pris la mesure du bicho au capote, composa ensuite une bonne faena qu’il débuta sur la corne gauche, la meilleure de l’animal, par une belle série templée et profonde. Après une brève série droitière, c’est à nouveau à babord que le garçon revint pour signer des naturelles de face d’une vérité et d’une pureté absolues. Il construisit ainsi son succès mais deux tentatives à l’épée et deux autres au descabello le privèrent de trophées jusque là acquis. Face au quinto, Ureña récidiva dans la qualité, à droite comme à gauche, et parvint cette fois à couper l’oreille espérée après une estocade qui tua sin puntilla.

David Mora ne parvint pas à faire décoller un premier trasteo qui resta froid et sans transmission. Silence après une mise à mort en trois temps. Le quatrième, très juste de forces, manqua tout autant de race et ne permit pas au torero de Borox de redresser la barre. Nouveau silence.

Le troisième, de trapio superbe (applaudi à son entrée), eut plus de plumage que de ramage. Javier Jimenez s’accomoda des conditions de l’animal lors d’une faena plus intelligente que brillante, faute de réelle opposition (silence). Le jeune torero frôla l’accrochage lors de la réception de rodillas du sixième, et c’est à nouveau à genoux qu’il débuta sa faena, subissant une voltereta mais revenant immédiatement au contact avec beaucoup d’entrega. Sa volonté lui valut d’être applaudi au final.

On lidia ce jour quatre toros de Jandilla (2º, 3º, 4º et 6º) et deux de Vegahermosa (1º et 5º), de bonnes conditions sauf les 3° et 4° en-dessous du lot.

(Photo : Arjona)

Les commentaires sont fermés.