AccueilActualitésActualités 2017Pontonx (40) : 25 février. Plus que quatre dont un Mexicain pour remporter La Fragua.

Pour la seconde partie de La Fragua (la forge) imaginée et organisée par Juan Leal, il ne seront plus que quatre, en cet après midi du dimanche 26 février : Juan Pedro Llaguano (Mexique), Ismaël Jimenez (Badajoz), Jaime Casas (Madrid) et Aaron Rodriguez Martín (Tolède).

Au cours de la journée du samedi, ils se sont hissés au-dessus des huit autres novilleros qui se présentaient pour ce  bolsin, le deuxième du Sud-Ouest. Autre vainqueur, l’éleveur de Miranda de Pericalvo qui a présenté douze vaches dont quelques-unes ne lui auront pas plu au cheval, mais qui toutes ont témoigné d’une grande noblesse.

Vincent Perez

Un vaste panel d’écoles taurines avait envoyé leurs meilleurs élèves. On a remarqué les très belles qualités et la volonté de Vincent Perez de l’école taurine d’Arles et conduit par Tino Lopes. Ce garçon a de belles qualités à la cape et il s’en tire bien, malgré une vache peu commode. A la muleta, c’est un torero qui a de beaux réflexes et qui a fini par dominer. On l’a malheureusement peu vu car son adversaire s’est éteinte trop rapidement. Une dernière vache qui en cette fin de journée posera des problèmes au sévillan Primitivo Lopez qui, le matin, n’avait guère démontré beaucoup de profondeur dans ses figures.

Florian Carsoule

Autre Français de cette compétition, Florian Carsoule, de Cestas, qui connaît bien la technique mais qui à la cape n’aura guère de poder et à la muleta manquera trop souvent d’un peu de sentimiento. Mais le fond existe, il faut encore travailler. Il toréait en paire avec Jésus Cuestas qui, dès le matin, s’était imposé par un très agréable jeu de muleta, avait montré de fortes ambitions sur la main gauche et avait surtout eu le mérite de conserver toute sa charge à sa vache. Alvaro Passalacqua de Malaga n’a guère impressionné le matin, trop souvent débordé et dont la volonté vespérale fut trop brève pour inverser le résultat.

Jaime Casas

Dès le matin Jaime Casas avait expliqué un torero très technique et un peu froid qui ne pouvait séduire que les puristes. A retenir Aarón Rodriguez qui, malgré son très beau toreo, a été obligé de reculer devant la fougue de sa vache. Pourtant on pensait que son tercio de cape lui aurait permis de dominer jusqu’à la fin.

Joao d’Alva fut le malchanceux de la journée avec, le matin, une vache faible, toutefois brave au cheval mais qui ne parviendra pas à se racheter le soir avec un animal compliqué et le cadeau de quelques passes sur la dixième vache ne pourra rien changer pour l’élève de Victor Mendez. Adrian Villalba ne se relèvera pas d’avoir toréé avec le mexicain Juan Pedro Llaguno bien au-dessus de lui et sûrement avec un nombre plus important de novilladas. Alvaro Alarcon a intéressé à la cape mais il a rapidement perdu beaucoup d’intérêt rendant trop souvent les armes à la muleta. Et pour être complet disons d’Ismael Jimenez qu’il n’eut pas le métier nécessaire pour s’imposer.

Juan Pedro Llaguano

Juan Pedro Llaguno fut assurément le plus complet de cette journée, triomphateur de la matinée. Une technique parfaitement maîtrisée et tout un corps qui accompagne la muleta. Impressionnant de facilité et de profondeur par instant.

Mais comme nous l’évoquions, le grand gagnant de cette première journée reste l’éleveur de Miranda de Pericalvo qui a présenté un exceptionnel lot de vaches. Par contre déception pour les organisateurs avec un public vraiment très clairsemé, le matin comme le soir.

Reseña et photos : Jean-Michel Dussol

Photo du haut : A l’heure des résultats le groupe des aspirants à La Fragua avec Juan Leal, troisième en partant de la gauche.

Les commentaires sont fermés.