AccueilActualitésActualités 2017Moron de la Frontera. 11 mars. La rencontre des Cordobés.

Présentée comme un événement, plus dans le style « people » que taurin, cette corrida voyait la rencontre entre les deux rejetons de Manuel Benitez « El Cordobés », l’officieux, Manuel Diaz, et l’officiel, Julio Benitez, tous deux ayant pris l’apodo de leur  géniteur. « Séparés par la vie et unis par le toro » précisait l’affiche.

Arbitré par de faibles et petits opposants de Las Monjas, le duel fracticide se déroula en présence du rejoneador Diego Ventura, témoin du débat. C’est d’ailleurs le cavalier qui débuta la tarde. Brillant au second tiers, le centaure, après la pose de courtes et de roses, tua d’un rejon de muerte défectueux qui ne l’empêcha cependant pas de couper la première oreille de la tarde. Meilleur encore fut le torero de La Puebla lors de sa seconde prestation qui fut doublement primée après une lame trasera.

Noble mais faible fut le second que Manuel Diaz toréa avec temple avant d’endosser l’habit du torero fantasque pour des sauts de grenouilles (saltos de la rana) et autres fantaisies habituellement inscrites au répertoire du garçon. Deux oreilles après une estocade correcte. Autre longue faena face au quinto pour un Cordobés qui joua à nouveau une partition baroque à nouveau goûtée par les tendidos. Et deux oreilles (de pueblo) de plus …

Plus classique fut Julio Benitez, descendant officiel du Calife de Cordoba qui entama sa première faena de rodillas mais qui ne parvint pas à passer au niveau d’excellence que pourrait laisser croire les deux trophées concédés après une lame contraire. Le sixième bicho, très faible, s’éteint encore davantage après une vuelta de campana. Julio Benitez débuta sa seconde faena à nouveau de rodillas et fut bousculé deux fois sans conséquences entre des séquences plus pueblerinas que profondes. Nouvelle oreille après un relatif échec avec la rapière.

On pensait voir le père, il ne parut pas…

(Photos : Gonzalez Arjona)

Les commentaires sont fermés.