AccueilActualitésActualités 2017Arles. Les mayorales à l’honneur.

Sous l’égide d’André Bortolin, son président, et Sophie Enjolras, sa secrétaire, le Club Taurin des Areneros du Pays d’Arles a organisé le samedi 18 février à Arles une conférence débat sur le thème « Mayorales ».

André Bortolin

André Bortolin

Une centaine d’aficionados, parmi lesquels Hervé Schiavetti, Maire d’Arles, Patrick Laugier, président des éleveurs de toros, Frédéric Lautier et Magali Tardieu, ganaderos mais aussi des représentants des clubs taurins, notamment Jacky Boyer, président de la CTEM et du doyen des clubs taurins arlésiens, ainsi que Elisa Garré Martinez , présidente du club Andy Younes (liste non exhaustive), l’école taurine d’Arles  représentée par Tino Lopes et Graziella Bortolin, ont assisté aux débats. Le journaliste Julien Aubert, était le seul représentant de la presse spécialisée.

Jean-Pierre Odet

Jean-Luc Courriol et Patrick Alarcon

Jean-Luc Courriol et Patrick Alarcon

Au cartel, les mayorales Jean-Pierre Odet (ganaderias Valverde et Concha y Sierra), Patrick Alarcon (ganaderia Blohorn), Jean-Luc Courriol « Billy » (ganaderia Jalabert Frères). Modérateur et sobresaliente l’aficionado Jacques Lanfranchi.

Le paseo s’est ouvert sur une création vidéo originale de Colette et Jean Louis Martel, avec un clip sur chaque mayoral sur leurs pays respectifs.

Un livret fut réalisé pour l’occasion- Ces deux supports peuvent être commandés auprès du club taurin organisateur (mail senjolras@outlook.fr).

Les thèmes classiques sur l’élevage ont été abordés : vêlage, tienta, prophylaxie, bétail au campo mais aussi problématique des fundas, renouvellement du sang et indultos.

Les mayorales, derniers pasteurs du XXIème siècle, ont magnifiquement joué le jeu .Le parterre d’aficionados, après avoir posé plusieurs questions pertinentes, semblait ravi de cette initiative.

Au XVIIIème siècle, l’expression « les absents ont toujours tort » s’appliquait à ceux qui ne défendaient pas leurs intérêts, en l’occurrence pour cette soirée , l’Aficion a los Toros !

Le campo, c’est le reflet des hommes, et des toros, c’est le maintien du biotope (n’en déplaise à certains). La corrida est une finalité, il ne faut pas oublier le travail en amont, quelquefois ingrat, mais toujours fondamental.

Une minute de silence fut observée à la mémoire de Philippe Cuillé, ganadero récemment disparu, et auquel cette soirée lui fut dédiée.

Photos : Alain Mistral

(Communiqué )

Les commentaires sont fermés.