Istres. Décès de Jean Teisseire.

« Adieu Jeannot », par Freddy Porte.

Jeannot fut un personnage que le Mundillo ne devrait pas oublier.

Il parlait avec enthousiasme de la Feria de sa ville, avec respect des toros et des toreros. Bien élevé, toujours d’humeur égale, il s’exprimait posément mais avec détermination. Un petit côté pagnolesque certes, mais sans forcer le trait. A peine le soulignait il avec élégance afin d’affirmer son point de vue.

J’avais toujours plaisir à le retrouver dans le callejon pour échanger de notre commune passion. Toujours courtois, il était simple et poli : le genre de personnage que l’on cherche du regard lorsqu’on rentre dans le ruedo.

Dévoué tout entier au service de ses convictions, il était toujours positif, s’affirmant en véritable Ambassadeur de la Feria Istréenne. Lorsqu’il montait au palco, c’est conscient de ses responsabilités et respectueux de la fonction et il s’acquittait de sa tâche avec sérieux et compétence.

Il me souvient même d’avoir partagé le palco à ses côtés. Si ma mémoire ne me fait pas défaut, il fut question ce jour-là d’attribuer un trophée à Andy Younes !…

En dehors de nos rencontres physiques, c’est par téléphone que nous communiquions. Il me faisait l’amitié de me dévoiler quelques petits secrets et de me faire quelques confidences tant il savait ma discrétion. Je n’ai jamais trahi sa confiance.

Puisse-t- il graviter et ne pas trop s’éloigner du petit monde des toros et qu’en guise de clin d’oeil il parvienne à nous envoyer des ondes positives animé par son immortelle aficion….

Adieu Jeannot, adieu l’ami….
Freddy Porte.
(4 mai 2021)

  • Jean Teisseire nous a quittés.

L’aficion istreenne est endeuillée après la disparition de Jean Teisseire. Ses amis l’ appelaient Jeannot, et des amis il en comptait énormément et dans tous les milieux.

Jeannot avait une admiration et une grande amitié pour notre maire, François Bernardini, qu’il connut il y a de nombreuses années. Il était un passionné de culture, de littérature, de politique, de sport, de courses hippiques et bien sûr de tauromachie. 

Cette dernière passion le mena dans les années 70 à entrer dans le cercle du Toro Club, il en fut même président de 1973 à 1987. La grande famille du Toro Club qui faisait alors ronfler les arènes municipales, comme il le disait si souvent.

Puis à partir de 2004, il s’impliquera à nouveau au sein de la Commission Taurine Extra-Municipale et se liera d’une grande amitié avec le directeur des arènes. Jeannot aura fait partie de ceux qui souhaitait un mode de gestion différent concernant les affaires taurines de la ville.

A partir, de 2007 commença alors une magnifique aventure et il en était un des piliers. Il était fier de voir comment sa feria allait gravir les échelons et être reconnue partout. Il disait souvent «je ne pouvais pas rêver mieux comme retraite». Jeannot était très apprécié dans le mundillo.

Il participa à de nombreux voyages en Espagne dans les élevages de toros, aidait chaque année à récupérer des partenaires pour la feria, commentait les becerradas avec cet air « pagnolesque » qui le caractérisait si bien. Et puis nous le retrouvions à de nombreuses reprises à la présidence, lors des corridas. Il sera le président qui aura gracié le plus grand nombre de toros. Trois au total, ceux de Juan Bautista, Enrique Ponce ou encore Alberto Lopez Simon.

Le 18 octobre dernier, Jeannot put bénéficier d’une autorisation de sortie de la clinique pour assister au solo de Juan Leal. Cela allait être sa dernière corrida, dans ses arènes, entouré de tous ses amis, qui lui avaient préparé une belle surprise puisqu’il fêtait aussi ce jour là son anniversaire.

Nous sommes tristes car il va beaucoup nous manquer. On n’entendra plus parler de « Don Pedro », alias Pierre Pouly, envers qui il garda toujours une grande fidélité.

Il jubilait quand il apprit en décembre dernier que Morante de la Puebla revenait au Palio. Malheureusement le destin le privera de la féria de juin et des 20 ans du Palio. Toutefois, Jeannot voulut participer aux 20 ans du Palio à travers un collector qui paraîtra prochainement. Il écrira un texte dédié à son ami Bernard. Comme une ultime accolade, un ultime abrazo.

L’aficion istreenne présente ses plus sincères condoléances à sa famille.

torobravo s’y associe.

Photos.

  • Photo du haut : Michel Naval.
  • Photo du milieu : P. Colléoni.