Actualité taurine. 24 mars.

Bayonne prépare sa temporada.

La Ville de Bayonne prépare très activement la temporada 2021. La programmation de la saison 2021 est d’ores et déjà en très bonne voie.

Après le succès de l’opération « Ma place à 9 euros » pour la corrida exceptionnelle du samedi 4 septembre qui verra six toreros d’origine, d’inspiration et de parcours très différents, 700 entrées ont été vendues, confirmant ainsi le slogan bien connu des arènes de Lachepaillet : « Bayonne, et nulle part ailleurs ! « .

La Commission taurine, les clubs de la ville et les différentes parties prenantes ont pu d’ores et déjà brosser les différents temps forts de la temporada 2021, qui sera regroupée autour de 2 événements.

Fêtes de Bayonne.

  • Vendredi 30 juillet : corrida.
  • Samedi 31 juillet : corrida à cheval.

Feria de l’Atlantique.

  • Vendredi 3 septembre : corrida goyesque bleue.
  • Samedi 4 septembre :
    • novillada en matinée.
    • corrida exceptionnelle, avec six toreros d’inspiration et de parcours très différents.
  • Dimanche 5 septembre :
    • novillada sans picadors.
    • exceptionnelle corrida de clôture.

Rendez-vous prochainement pour l’annonce complète de la temporada.

Ossa de Montiel

Deux spectacles le week-end dernier à Ossa de Montiel (Albacete) avec une corrida le samedi et une novillada le dimanche.

Samedi 20 mars.

Pour ce qui est de la corrida de Buenavista (de ce que j’ai pu en voir sur internet), le bétail est sorti soso et sans grandes forces, le quatrième, peu châtié pour pouvoir durer, étant généreusement honoré d’une vuelta al ruedo.

Esau Fernandez coupe trois oreilles (une puis deux), en montrant plus de volonté que de fond.
Filiberto, privé de matière première, fit ce qu’il put (ovation et silence).
Mario Sotos aurait pu obtenir un vrai succès s’il avait tué le troisième au terme d’une première faena où il tira le maximum d’un adversaire sans grand intérêt (oreille). RAS face au sixième (silence).

Dimanche 21 mars.

Changement de décor avec de bons novillos de Daniel Ramos, des utreros bien faits, nobles, encastés et braves, à l’exception du sixième en dessous de ses frères de camada, mais qui furent souvent un peu trop châtiés, ce qui réduisit quelque peu leur jeu.

Carlos Aranda fut le seul de la terna  à montrer de réelles capacités toreras, l’épée le privant de trophées au final de sa seconde faena (deux oreilles et silence).

Rocio Romero s’est montrée bien juste à ce niveau et n’a dû qu’à la mansuétude du palco de ne pas entendre par deux fois les trois avis (silence aux deux).

Diego Garcia a confirmé mon impression antérieure (Vic 2019), celle d’un pega-pases sans grand intérêt (ceci n’engage que moi). Maladroit avec la rapière, il coupe cependant une oreille à l’issue de chacune de ses prestations.

TORO Mag vient de paraître.

Cartels

Trophée 2021 de l'Ecole Taurine d'El Juli.

Dimanche dernier s’est déroulé à la Finca Feligrés, propriété d’El Juli, la XIVème édition du trophée de l’Ecole Taurine du torero madrilène.

Les matadors et anciens élèves Adrien Salenc et Amor Rodriguez ont ouvert les débats devant deux novillos d’El Soto avant de laisser place aux concurrents qui combattirent quatre bons erales du même fer.

Adrián Centenera, Guillermo San José, Sergio Rollón, Álvaro Chinchón, Fernando González, Juan Barranco, Samuel Fernández, Daniel Moset, Jorge González et Alberto Cantalejo firent valoir chacun leurs capacités avant que le jury ne déclare  vainqueur de l’épreuve le novillero  de Torres de la Alameda, Fernando González.

C’est le directeur de l’école, El Juli, accompagné des professeurs Ángel Gómez Escorial, Jesús de Alba et Antonio Molina, qui remit le prix au garçon.