Brèves taurines… 4 décembre 2020.

Pas de Carnaval del Toro à Ciudad Rodrigo en 2021

La pandémie de Coronavirus vient de faire une nouvelle victime : le traditionnel et incontournable Carnaval del Toro de Ciudad Rodrigo, prévu du 12 au 16 février 2021 vient d’être suspendu, alors qu’il était passé très près de l’annulation cette année (à peine trois semaines).

Ci-contre la cartel du Carnaval del Toro 2021 créé par José Luis María Hernández.

Apoderamiento

Le rejoneador Andrés Romero et ses apoderados Carlos Pereda et Óscar Polo ont mis fin de façon amicale aux relations professionnelles qui les liaient depuis quatre temporadas.

Le cavalier se donne le temps de la réflexion avant de choisir un nouveau mentor.

Le matador murciano Filiberto et son apoderado José Luis Seseña ont fait de même, comme toujours (ou le plus souvent) de façon cordiale.

L’un des objectifs de Filiberto, si la situation sanitaire le permet, serait la confirmation d’alternative à Las Ventas.

Bogota

La Santamaria (Photo : Carlos Andrés Prada Durán)

Les autorités de Bogota, dans le but d’empêcher la propagation du virus, ont préféré s’orienter vers la suspension de la temporada taurine.

Elles n’ont donc pas ouvert de cahier des charges pour la gestion de la plaza de toros locale, la Santamaria. 

A noter que le projet de loi visant à interdire la mise à mort des toros, ainsi que l’usage des piques et banderilles dans la capitale colombienne, a été approuvé le 9 juin dernier, malgré l’opposition des aficionados et des professionnels taurins. En outre, le conseil a réduit de moitié le nombre de spectacles taurins (quatre contre huit auparavant) qui devront en plus être entièrement financés par l’organisateur, lequel sera taxé à hauteur de 20% (au lieu des 10% habituels). La publicité pour les spectacles taurins devra comporter 30% d’annonces relatives à la souffrance animale, et une partie des recettes devra être versée à la SPA locale.

Qui, dans ces conditions, prendrait le risque d’organiser des spectacles taurins, malgré un avis favorable du Conseil Constititionnel ? Le retour des corridas dans la Santamaria semble donc sérieusement compromis.

Simon Casas entre dans l'organisation de Campo Pequeno.

L’empresario nîmois Simon Casas et l’empresario portugais Luis Miguel Pombeiro, qui gère les arènes de Campo Pequeno (Lisbonne) se sont rencontrés à Séville afin d’envisager une collaboration pour la gestion de la plaza de toros de Lisbonne.

Après l’Espagne, c’est vers le Portugal que Simon Casas étend son influence dans le monde taurin. 

Carnet noir. Disparition de l'ancien banderillero Tito de San Bernardo

Disparition hier à Séville d’une insuffisance rénale de l’ancien banderillero Manuel Rodríguez « Tito de San Bernardo », formidable professionnel qui en son temps marqua l’histoire des hommes au costume d’argent. 

Il mit ses talents au service, entre autres, de Cayetano Ordoñez, puis d’Antonio Ordoñez, Manolo Vázquez, Chamaco, Diego Puerta, El Viti, Paquirri, Paco Camino, Dámaso González, Paco Alcalde, Niño de la Capea et Tomás Campuzano.

Professionnel respecté, il fut aussi l’apoderado de Rafael de Paula durant quatre ans et de Manolo Cortés le temps d’une temporada. Il fut aussi professeur au sein de l’Ecole Taurine de Séville jusqu’en 2016, sa fierté étant d’avoir ainsi formé 14 matadors. 

« Tito de San Bernardo » avait 91 ans. RIP.