Jaen. Les comptes-rendus de la Feria de San Lucas.

Samedi 17 octobre. Curro Diaz et Juan Ortega se détachent.

Juan Ortega, un torero qui fait de plus en plus parler de lui, s’est signalé une nouvelle fois à Jaen en coupant les deux oreilles de son second adversaire marqué au fer de Toros de Cortés, un toro nommé « Basurilla » qui fut honoré de la vuelta posthume.

Autre toro à se distinguer, Curro Diaz, qui par son toreo précieux, a su séduire les aficionados présents qui ont obtenu pour le diestro de Linares les deux oreilles du quinto.

Enrique Ponce, pour son dernier paseo de cette temporada tronquée, a coupé une oreille du quatrième. Le Maestro de Chiva avait été honoré à l’issue du paseillo pour ses trente ans d’alternative, recevant une plaque commémorative rappelant qu’il est le torero à avoir le plus toréé dans cette arène.

Les toros du jour, quant à eux, se sont montrés nobles mais fades et faibles, à l’exception du sixième évoqué plus haut. 

  • Enrique Ponce : salut et oreille.
  • Curro Diaz : salut et deux oreilles.
  • Juan Ortega : salut et deux oreilles.

(Photos : Carmen Moya et Antonio Lorca)

Dimanche 18 octobre (matin). Curro Diaz et Juan Ortega se détachent.

Important triomphe de Guillermo Hermoso de Mendoza qui coupe pas moins de quatre oreilles et un rabo aux toros de Carmen Lorenzo et El Capea qui lui étaient opposés.

Leonardo coupe une oreille de son premier adversaire puis perd le bénéfice de son second trasteo à la mort.

Léa Vicens ne peut faire grand chose face au fade second puis se rattrape au cinquième auquel elle coupe les deux oreilles.

  • Leonardo : oreille et ovation.
  • Léa vicens : salut et deux oreilles.
  • Guillermo Hermoso de Mendoza : deux oreilles puis deux oreilles et rabo.

Dimanche 18 octobre (tarde). Fade mano a mano malgré les trophées.

Si le score de la tarde s’affiche à cinq oreilles, le ressenti au final reste un peu en retrait du comptage des points. 

Daniel Luque s’est montré comme bien souvent très pointu mais en deçà des possibilités offertes par le bétail. On attendait plus d’un torero en pleine possession de ses moyens. Même remarque pour Emilio de Justo. 

Bref, on était en droit d’attendre que les deux toreros, qui certes n’ont pas démérité, et de loin, soient un cran en-dessus de ce qu’ils ont proposé. 

  • Daniel Luque : vuelta, oreille et deux oreilles.
  • Emilio de Justo : silence, deux oreilles et silence.

Les toros du jour portaient les fers de Nuñez del Cuvillo (1° et 6°), Juan Pedro Domecq (2° et 5°) et La Quinta (3° et 4°).

(Photos : Carmen Moya)

Juan Ortega
triomphateur de la Feria de San Lucas.

  • Triomphateur : Juan Ortega.
  • Meilleur rejoneador : Guillermo Hermoso de Mendoza.
  • Meilleur toro : « Basurilla » de Toros de Cortés lidié le 17 octobre en 6° position par Juan Ortega.
  • Meilleur banderillero : Juan Carlos Garcia de la cuadrilla de Curro Diaz.
  • Meilleur picador : José Manuel Garcia de la cuadrilla de Daniel Luque.