Arles. 13 septembre (tarde). Ventura et Ferrera assurent le spectacle.

Un mano a mano un peu particulier entre un rejoneador et un matador pour cette deuxième et dernière corrida de la Feria du Riz arlésienne, elle aussi célébrée dans un contexte particulier.

Chacun dans son domaine, Diego Ventura et Antonio Ferrera ont animé cette tarde où on ne s’ennuya jamais. Au menu côté bétail trois toros de Los Espartales (1° et 5°) et un Prieto de la Cal (3°) pour le cavalier, le piéton se voyant opposer à deux pupilles de Zalduendo (2° et 6° bis remplaçant le 6° boiteux) et à un de La Quinta (4° bis remplaçant le 4° victime d’un choc contre un burladero et renvoyé en chiquero).

Comme d’habitude, je laisse le compte-rendu de la partie équestre à l’ami Freddy Porte plus qualifié que moi pour en juger. Sa reseña accompagnée de mes photos paraîtra dès réception dans  les jours qui viennent.

En ce qui concerne Diego Ventura, je voudrais toutefois préciser que j’ai peu goûté sa prestation aux banderilles lors de la lidia du cinquième toro de la tarde, le cavalier se montra très brusque envers sa monture (un cheval blanc dont je n’ai pas noté le nom) qu’il malmena au niveau des aides (mors et éperons) et qu’il fit toucher à plusieurs reprises. Quand on se veut le numéro un, on ne se livre pas à ce genre de pratiques qui sont peut-être passées un peu inaperçues depuis les gradins, mais qui, en tant que (modeste) cavalier me heurtent un peu. On peut aimer sans passer certaines choses sous silence. C’est dit !

Le premier Zalduendo de la tarde me réconcilia un peu avec le fer. Bravito sous le fer, noble dans les étoffes, il permit à Antonio Ferrera d’être a gusto dès l’entrée en matière par véroniques, mais surtout lors de la faena à laquelle l’extremeño donna beaucoup de profondeur, allongeant quelquefois les charges du bicho ou se l’enroulant à la ceinture, agrémentant son trasteo de quelques détails telle cette arrucina venant ponctuer une bonne série de derechazos. Superbe trasteo d’un Ferrera transformé depuis quelques années, mais qui hélas ne réussit pas la mort comme il l’aurait souhaité, c’est-à-dire lors d’un recibir à distance. Pinchazo al encuentro en marchant vers le toro, nouvel essai de cite pour un recibir avant finalement de renouveler une estocade al encuentro en partant de loin. Entière contraire et vuelta généreuse pour un Zalduendo bon mais pas exceptionnel.

Le toro de La Quinta, après quelques capotazos, cogna violemment dans les tablas et dut être changé par un sobrero du même fer. RAS au capote face à ce Santa Coloma qui s’élança avec alegria vers le picador qui rata son coup. Placé à l’opposé du toril, le lancier récidiva dans sa maladresse lors de la rencontre avant de corriger le tir lors du troisième assaut. A l’image de la première faena, la seconde fut empreinte de classe et de profondeur, le garçon maîtrisant à merveille son sujet et conduisant les charges à la limite du possible avec un temple fou, une grande douceur et une entrega de tous les instants. A droite comme à gauche, le maestro sut conquérir l’assistance, mettant un point d’orgue à l’ouvrage en tuant à nouveau al encuentro en partant de très loin à la seconde tentative. Deux oreilles et vuelta (méritée cette fois) pour le représentant de La Quinta.

Le second Zalduendo (6° bis après changement du 6° boiteux) n’était hélas pas du même tonneau que le premier. Après capotazos de fixation et une paire de piques sans éclat, le bicho se montra accrocheur en fin de passe avant de rompre les débats à mi-faena, s’échappant de l’étoffe. Ferrera fit ce qu’il put, avec la technique qui est la sienne, mais il n’y avait pas grand-chose à tirer de ce cornu qui fut envoyé au desolladero d’une trois-quart latérale. Palmas.

Sortie a hombros des deux maestros et pari réussi pour l’empresa qui est parvenue à organiser l’une des rares ferias proposées à l’agenda taurin. 

Souhaitons nous retrouver l’an prochain sur les bords du Rhône dans des circonstances sanitaires revenues à la normale. On croise les doigts !

Reseña et photos : Patrick Colléoni « Paco ».

Un diaporama de la corrida paraîtra dans les jours à venir.