Sortie au campo chez Darré pour l’Amicale des Clubs Taurins Gersois.

Une partie de l’afición gersoise et Côte basque se retrouvait samedi 29 août chez l’éleveur Jean-Louis Darré à Bars (Gers).

Au programme de cette fiesta campera, avec une jauge maximum de deux cent cinquante aficionados, trois vaches à tienter et trois toros à mettre à mort, tous de la branche Camino de Santiago.

Dans l’arène, Manuel Jesus Perez Mota, Alberto Lamelas et Adrien Salenc. Une journée plutôt fraîche mais où le soleil a dominé. 

La journée s’est ouverte avec une excellente vache revenant quatre fois sous la pique, la dernière en ayant traversé tout le ruedo. Par sa noblesse elle a permis à Perez Mota de montrer un toreo très complet, fait de gestes fins et profonds. 

Lui succédait Alberto Lamelas avec un animal plus lourd mais avec moins de classe. Impressionnante à la cape, Alberto donna la bonne réplique, trois piques sans grande conviction suivies d’un tercio de muleta très doux qui, sur la fin, améliora la vache.

Adrien Salenc, sans grand bonheur, terminait la matinée. De la faiblesse, des piques sans grande volonté et une Camino qui manifestement n’intéressait pas l’éleveur.

Après une solide table, la tarde laissait jaillir trois toros de cinq ans accusant probablement plus de 550 kg sur la balance.

Perez Mota fut assez à l’aise dans l’ensemble avec un beau tercio de cape. Plutôt très calme et ordonné à la muleta, on ne retrouva pourtant pas sa finesse du matin. Rarement mis en difficulté, il termina avec une seule et efficace estocade.

Tout aussi lourd et mobile, l’adversaire d’Alberto Lamelas le mit par instants en difficulté à la cape avant de livrer un combat au cheval en quatre piques, avec une troisième rencontre impressionnante de force et de puissance. Sa faena fut parfois difficile, et un moment en difficulté, il retrouva tous ses moyens en fin de lidia. Estocade et descabello pour en finir.

Adrien Salenc n’avait pas en ce jour rendez-vous avec la chance. Après la vache du matin, il trouva un toro faible qu’il fallut aider à se relever. Il fut obligé de toréer avec une muleta haute et ne put jamais convaincre. Dommage car le garçon avait envie de convaincre. Un pinchazo et une entière pour terminer.

Excellente journée destinée a palier à l’impossibilité pour l’Association des Clubs Taurins du Gers à organiser une journée complète fin septembre avec les ganaderos du département.

La prochaine étape se déroulera chez Jérôme Bonnet le 26 septembre et courant octobre chez Alain Bonijol.

Reportage : Jean-Michel Dussol.