Cabinet de curiosités.

Le dictionnaire Littré définit un cabinet de curiosités comme suit : pièce ou meuble, où sont entreposés des choses rares et singulières, l’ensemble pouvant être hétéroclite.

Des coléoptères amazoniens naturalisés, aux crânes de cristal mayas , du sextant pour la navigation aux vieux instruments médicaux comme l’extracteur de flèches, voire le guillotineur d’amygdales…

Le Web est illimité, avec un peu de temps, d’aficion, la découverte de documents taurins inattendus est légion.

Manolete déguisé en femme
Manolete

Manuel Laureano Rodriguez Sanchez « Manolete » fit ses débuts en public en juillet 1933 à Barcelone (il a 16 ans ). Il était dans la partie sérieuse d’une troupe comico-taurine (1), « Los Califas » (sic).

Ce document atteste qu’il pouvait effectuer la partie comique en tenue de femme. L’équivalent de « Brigitte », incontournable travesti que nous retrouvons dans les troupes comico-taurines françaises.

Jose Monge Cruz est gitan, natif de San Fernando (Cadiz), le cheveux roux et une silhouette frêle feront naître son apodo : « Camaron de la Isla ».

Tout aficionado qui se respecte connaît le titre « Arte y Majestad » (2), véritable hymne à Francisco Lopez Romero « Curro Romero » qui fut son ami de toujours, une relation unique entre deux génies de leur Art.

Le génial « Faraon » se risque un peu au « Cante Hondo ». Camaron, le Mick Jaegger gaditano, s’essaya au Toreo.

« En un pueblo de Sevilla ha nasio Curro Romero
Condicion noble y sencilla, de Camas es este torero
Curro Romero, tu eres la essencia de los toreros »

Abrazo à Lucien Orlewski « Chinito », seul et unique torero français dont Curro fut le parrain.

Jacques Lanfranchi « El Kallista » 
(4 août 2020)

(1). En France le « monstruo » fit deux apparitions avec « Los Califas » : le 2 juin 1934 à Arles et le 3 juin à Nîmes. Ce furent ses seules prestations en France !
(2). Arte y Majestad (buleria). Album sorti en 1975 avec Paco de Lucia.