In Memoriam…

Mario Coelho

Décès le 5 juillet dernier du matador portugais Mario Coelho des suites d’une infection au Covid-19 contractée fin juin.

Mario Coelho était né le 25 mars 1936 à Vila Franca de Xira. Très tôt attiré par la tauromachie, il avait entamé sa carrière en 1958 comme banderillero, accompagnant des toreros portugais et espagnols, avant de prendre l’alternative en 1967 à Badajoz des mains de Julio Aparicio. Il poursuivit sa belle carrière durant 23 années, toréant aux côtés des figuras de l’époque telles Paquirri, Paco Camino ou José Maria Manzanares entre autres.

Mario Coelho avait 84 ans. RIP.

Ramón Flores Sánchez

Décès le 4 juillet dernier à 87 ans du ganadero salmantino Ramón Flores Sánchez, descendant d’une famille ganadera, et qui connut ses heures de gloire comme éleveur au début du siècle avec ses toros d’origine Atanasio Fernández. 

Ramón Flores Sánchez était aussi à la tête d’un élevage reconnu de chevaux de pure race espagnole.

RIP.

Juan José

Juan José avec Alejandro Marcos

Décès aussi le 15 juillet du côté du Campo Charro de l’ancien matador Juan José. 

Né à La Fuente de San Esteban (Salamanca) le 22 juin 1952, il avait pris les trastos à 15 ans (1967), passant en piquée l’année suivante et prenant l’alternative à la fin de sa première saison de novillero. 

Ainsi le 11 août 1968, il fut adoubé à Manzanares (Ciudad Real) par Andres Hernando. Hélas sa carrière fut contrarié par un accident de la circulation qui engendra des problèmes au niveau de la vue. De 1989 à 2013, il dirigea l’école taurine de Salamanca, puis de 2013 à 2020 il s’occupa de la carrière du matador Alejandro Marcos.

Juan José est décédé des suites d’une maladie fulgurante détectées quelques mois seulement avant sa disparition. Il avait 68 ans. RIP.

Ana Romero

Ana Romero avec Manuel Escribano

Disparition le 15 juillet à l’âge de 88 ans de la ganadera Ana Romero Reguera de Carrasco. Fernando Carrasco, son mari, avait créé en 1958 la fameuse ganaderia d’encaste Santa Coloma qu’il avait mise au nom de son épouse.

Depuis des années, c’est le fils du couple, Lucas Carrasco, qui préside aux destinées du fer.

RIP.