CFT. Stage d’entrainement à Salamanca.

​Le Centre Français de Tauromachie, ce n’est pas que du toreo de salon et du cours théorique.

Dans le palco

Ce cours théorique, écrit par notre Maestro Christian Le Sur, a connu un vif succès. Il a nécessité un nouveau tirage désormais disponible, car il est toujours bon d’apprendre, même en période d’abstinence.

En cette période de crise, qui n’en finit pas de finir, nous avons réagi à l’interdiction de la Feria de Riscle, dans laquelle nous placions beaucoup d’espoir. Nous avons décidé, dans le droit fil de notre souci de faire progresser nos élèves dans les meilleures conditions, de partir pour un stage d’immersion de quelques jours en Espagne.

Nous avons choisi, comme chaque fois, des élevages célèbres, Fraile et Valdefresno, garantissant des toros d’un niveau très intéressant pour parfaire la formation de nos jeunes toreros et leur permettre des réglages fins de leur technique.

Au programme : la concentration, les frissons, la sueur, la fierté d’avoir réussi, l’analyse de ses résultats, l’ambition de se dépasser le lendemain. 

La placita de Valdefresno

Au CFT, on ne se contente pas de derechazos et de naturelles, on va jusqu’au bout de la formation : jusqu’à la mise à mort. La suerte suprême est fondamentale dans la préparation de nos jeunes novilleros. Ils ont tué chacun plusieurs fois.

Les valeurs humaines sont une priorité de notre enseignement : la culture, les rapports humains, les rencontres avec « l’Espagne » et le campo, les éleveurs… tout cela dans un esprit de camaraderie, de solidarité, de bonne humeur : tout ce qui rend la vie intelligente.

Listos...

Nous étions une petite équipe bien soudée, où des anciens élèves comme El Péré et El Rafi étaient aussi du voyage. Comme au bon vieux temps, pourrait-on dire ! Les ainés sont là pour s’occuper des plus jeunes et transmettre, eux aussi, ce qu’ils savent. C’est une longue chaine de savoir et d’humilité.

El Rafi, en fin de convalescence de sa blessure au pied, reprenait les bons réflexes de l’entrainement au campo en notre compagnie. Il a pu lui aussi donner quelques excellents conseils à ses jeunes camarades, pour ajouter à la précision des gestes et du concept.

Le patio du Musée militaire de l'Alcazar de Toledo

Les séances dans les élevages ont alterné avec les visites culturelles de Salamanca et Toledo. Au total, ce sont près de 3000 kms effectués par nos jeunes apprentis, grâce à la bienveillante collaboration de notre reporter-arenero Jean-Luc Jouet (merci pour ces jolis clichés) et de Laurent, le père de Canten, qui comme nous, ont avalé toutes ces distances pour le plus grand plaisir de nos élèves.

Finalement, nous avons pu vérifier ce que disait le poème : le bonheur est dans le pré !

Voir plus de photos.