Juste une illusion…

« A peine une sensation, qui dirige tes pas et te montre du doigt où tu vas ».

Ce sont les premières paroles d’un tube de Jean-Louis Aubert dans les années 1980. Une prophétie qui « colle » à la situation taurine actuelle.

Un autre Jean-Louis (le regretté Lopez), dans l’éditorial du magazine Corrida (année 1983) sous le titre «Crises» énonce quelques vérités (toujours d’actualité).

« En Tauromachie, la crise que personne n’a le courage d’appeler par son nom : mutation, transformation, passage d’une époque à l’autre ».

« Dans les mains d’un pouvoir sclérosé, conservateur et archaïque, la corrida est condamnée à périr dans l’oubli et la grisaille ».

 «  Elle court à sa perte, car elle est manipulée par ses purs et arthritiques  défenseurs. Pour la sauver, l’UVTF, juge et partie, ne suffira pas ». (surtout en période d’élection municipale  – NDA). 

Quatre décennies plus tard, les mots restent d’actualité…

Ce dessin a été réalisé par deux enfants, Romain et Marion, pour leur mamie confinée à l’EHPAD ; il incarne l’espoir.

Symboliquement, ce capote orphelin au milieu d’un ruedo vide attend des mains pour le faire revivre (1).

Pourquoi l’aficionado payeur, et rêveur,  ne serait-il pas acteur lui aussi de cette résurrection…

Jean-Louis Aubert, plus prosaïque, conclut sa chanson :

«  Juste une illusion, comme une bulle de savon, qui s’approche de toi… »

Jacques Lanfranchi « El Kallista »
 (22 juin 2020)

Remerciements pour la photo 2 à Abiba, pour le dessin à Famille Playol.
(1) Interprétation tout à fait personnelle.