Béziers. Patrick Varin et El Rafi au Musée Taurin avec l’UTB.

Mardi 16 juin, l’Union Taurine Biterroise tenait à marquer d’une pierre blanche la réouverture du musée taurin de Béziers et la reprise de ses activités.

Pour cela, en fin d’après-midi, Marie-Françoise Rouzier, nouvelle présidente de l’UTB, avait invité le talentueux novillero El Rafi (Raphaël Raucoule) et son mentor le matador Patrick Varin.

Devant une bonne quarantaine de personnes, par ces quelques mots la présidente ouvrait cette « séance » :

(..) Je voulais tout d’abord vous dire toute mon émotion, puisque c’est la première fois que je mets la casquette de Présidente, responsabilité dont je me serais bien passée mais les aléas de la vie font que des fois il faut se lancer.

Je tiens à souligner à cette occasion tout le travail que Michel Bousquet a accompli au sein de l’UTB et particulièrement son investissement dans l’installation du Musée ici même. Qu’il en soit sincèrement remercié.

Il fallait se lancer, donc je me suis lancée, et j’espère que vous m’accompagnerez tous dans cette mission (…).

 

Heureusement, je ne suis pas seule à m’investir : il y a un Comité Directeur composé de Paul Bouty, vice-président, Eric Sanchez, trésorier, Patrick de Belabre, Matthieu Berna, Guy-Michel Bosc, Claude Garrigues, Michel Mathieu et Patrice Sifflet.

Il y a bien sûr la mémoire de la Maison, notre Président d’Honneur Francis Andreu et en particulier ses éditos. (…)

Je voudrais ajouter également trois personnes qui nous aident énormément : Hugues Bousquet, qui gère de main de maître notre site internet, Guillaume Sibieude, qui nous apporte un soutien précieux dans l’élaboration de tous nos documents, et bien sûr notre cuisinier hors pair, Jacques Petitcolin, qui donne à nos rencontres une saveur particulière.

Et puis il y a vous tous qui, par votre présence, donnez de l’intérêt et du sens aux actions que nous mettons en place. »

Avant de passer la parole à Francis Andreu pour évoquer avec El Rafi sa carrière de torero et ses projets d’avenir, la présidente donnait le programme des animations prévues, dépendantes des futures conditions sanitaires ;

  • au Musée (ouvert à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 20 septembre, du mardi au samedi, de 11h00 à 18h00) une exposition «Feria des Artistes» du 3 juillet au 20 septembre avec huit artistes du Biterrois : Clément Batut, Jacques Charvet, Stéphane Daure, Gelly, Elisabeth Genieys, Lou Raunier, Gérard Sendra, Stapor.
  • une journée au campo avec tienta à la manade Margé.
  • une conférence avec Francis Wolff le samedi 12 décembre au Palais des Congrès de Béziers.

D’autres activités sont en préparation : 

  • une conférence de Patrice Sifflet sur Mazzantini.
  • une discussion, illustrée par des documents d’archives, avec Pierre Nabonne a propos de son livre sur Conchita Cintron.
  • une rencontre avec Jean-Claude Carrière, scénariste et metteur en scène, consacrée à Goya.
  • une soirée avec Zocato…au

Marie-Françoise Rouzier terminait son allocution par la présentation du nouveau logo de l’Union Taurine Biterroise réalisé spécialement par Loren, artiste ayant exposé au Musée Taurin en 2019 et qui a tissé des liens d’amitié avec l’UTB.

Il appartenait ensuite à Francis Andreu de poser quelques questions aux deux invités.

Raphaël Raucoule « Rafi » (il préfère cet apodo à El Rafi). 

Nîmois âgé de 20 ans, il a toujours baigné dans l’univers du toro et son grand-père aficionado ayant ses entrées aux arènes de la cité des Antonins y est pour beaucoup.

A noter ses racines biterroises, son arrière-grand-père, Auguste Albertini, fut sénateur-maire de Béziers.

Son cheminement taurin débute vraiment en 2009 à l’école taurine de Nîmes, puis au Centre Français de Tauromachie de Christian Le Sur où Patrck Varin remarque tout de suite sa volonté et son envie de travailler à fond pour devenir torero. Patrick Varin ne s’est pas trompé sur la trempe et la volonté de son élève.

En mai 2018 à Nîmes, il se présente en novillada piquée, coupe 3 oreilles, ouvrant la Porte des Consuls et remportant la Cape d’Or.

Lors de cette temporada, il torée neuf novilladas dont quatre dans des arènes de 1ère catégorie (Arles, Nîmes deux fois et Mont de Marsan).

Tout en restant en 2019 avec P. Varin, il rejoint l’apoderado espagnol Alberto Garcia, directeur de l’empresa Tauroemocion, qui va lui permettre de fouler le sable d’arènes espagnoles, comme Séville et Valencia. La même année, il est le triomphateur de la Feria de Pâques d’Arles, remporte une seconde Cape d’Or à Nîmes lors de Feria de Pentecôte. Présenté à La Maestranza de Séville, il effectue une vuelta al ruedo et ouvre la Grande Porte de Valencia. Cette année-là marque ses débuts à la Real Maestranza de Séville et à Las Ventas.

L’année 2020 devait être sa dernière en tant que novillero, une année interrompu par la Covid-19, mais bien commencée avec son premier indulto dans les arènes de La Flecha (novillo de Criado).

Il comptait prendre l’alternative en septembre dans sa ville avec Manzanarés et Roca Rey (excusez du peu !). Il lui faudra donc attendre 2021.

Rafi sera le 5 juillet dans le cadre de Feria del Campo chez Pagès-Mailhan face à 2 novillos.

Souhaitons lui une évolution des conditions sanitaires qui lui permette, avant la fin de l’année, de fouler le sable de plusieurs ruedos et de continuer à triompher.

Et comment ne pas questionner Patrick Varin ? Lyonnais de naissance, avec du coté maternel du sang d’Alicante, il est l’un des matadors de la génération tricolore 70-80. Apoderé à ses débuts par Simon Casas (de 1975 à son alternative en septembre 1979), il participa à de nombreuses capeas et novilladas tant en France qu’en Espagne et effectua ensuite une honorable carrière à l’échelon supérieur.

Depuis 8 ans il est professeur au Centre Français de Tauromachie de Nîmes. Parallèlement à cette activité, c’est aussi un artiste plasticien.

Patrick Varin met beaucoup d’espoir dans les talents de Rafi. En tant que professeur il tient avant tout à transmettre à ses élèves son savoir de matador, ses connaissances du Mundillo pour leur éviter embûches et déceptions.

La soirée s’est terminée autour d’un buffet préparé par Jacques Petitcolin.

Reportage : Hugues Bousquet (http://lotaureroge.canalblog.com/)