L’histoire du Domaine de Méjanes, par Michèle Ricard (22).

Vous constaterez que la chronologie de mon récit n’est pas toujours respectée… mais le succès qu’il remporte auprès de vous, les témoignages et vos nombreux petits mots remplis d’affection, me donnent envie d’en raconter plus et donc de revenir un peu en arrière.

Nous revoici début des années 60.

A cette époque là, un personnage superbe, charismatique et généreux s’installe à Méjanes. Il va s’occuper de la promenade à cheval. Il s’agit du célèbre Guitou Lapeyre !

En 1962, il reprend la promenade à cheval du domaine. A l’époque, c’est Monsieur Pellen qui est régisseur de Méjanes. De très nombreuses personnalités viennent découvrir ce lieu dont tout le monde parle.

Guitou accompagne l’acteur Jean Rochefort, la championne olympique de natation Christine Caron, les joueurs de l’équipe de France de rugby de l’époque – Benoît Dauga, Christian Carrère, Jo Mazo – venus dans le cadre d’un reportage pour le journal l’Equipe, …

Dans ses rencontres les plus marquantes il y a Luis Mariano mais aussi Hugues Aufray avec qui il sympathise et qui lui dédicace en sa présence lors de son concert à Canet en Roussillon, sa chanson Stewball…

Et puis il y a surtout Johnny Hallyday. Rappelez-vous, c’est à Méjanes qu’est tournée une partie du film « D’où viens-tu Johnny ? ». Chaque soir à la fin du tournage, Guitou prend l’apéro avec la rock star, en terrasse du restaurant de Méjanes. Ils s’entendent bien ces deux là. Les amis de Johnny dont sa douce, Sylvie Vartan, achètent à Guitou pour les 20 ans du chanteur, un cheval, rebaptisé « Johnny »  🙂 . Ce Johnny là ne partira pas à Paris, il restera en Camargue, tranquille.

Mis à part tous ces gens connus, il y a les visiteurs de la France entière qui restent au domaine une semaine ou plus, hébergés dans nos jolies cabanes de gardians.

Puis il y a mes frères, mes sœurs, leurs enfants et moi… qui adorons Guitou. Son brave cheval Bla de Lune nous balade partout. Pour aller à la plage aux Saintes Maries de la Mer, c’est Guitou toujours, qui nous conduit à bord de sa vieille 2CV le long du chemin de la draille… l’aventure, la vraie !

En 1966, Paul Ricard demande à Guitou, de partir en tournée promotionnelle pour le Domaine de Méjanes dans le cadre de l’ouverture des usines de la société Ricard à Rennes et à Dijon.

Notre cavalier fétiche organise la «chevauchée fantastique» avec neuf autres cavaliers et gardians dont le fils de Bernard, le garde-chasse de Méjanes, Roger Faure, Didier Pradel (dont le père est mécanicien à Méjanes), Jacques Amphoux.

Tous les transferts se font en camion avec les chevaux.

Chaque jour, une halte à midi pour un défilé à cheval en centre ville, ensuite ils reprennent la route pour un deuxième défilé le soir dans une autre cité. 

La Camargue et plus spécifiquement le Domaine de Méjanes, s’invitent ainsi à Montauban, Cahors, Brive, Tulle, Périgueux, Angoulême, Rouillac, Lignières, La Rochelle, Nantes, Saint Nazaire, Angers, Fougères, Saint Malo, Dinan, Rennes, Laval, Le Mans, Tours, Poitiers, Limoges, Villefranche sur Saône, Roanne, Vichy et bien d’autres…

Les gens sont très étonnés et ravis de voir ces beaux gardians à cheval, en centre ville, sur leurs camargues blancs.

Quelle expérience inoubliable et quelle fierté d’avoir l’opportunité de représenter la Provence et ses traditions partout en France !

Guitou insiste toujours sur le fait que nous sommes «comme sa famille», un sentiment que la plupart des hommes et des femmes ayant travaillé sur le domaine partagent. Un sentiment qui m’émeut beaucoup.

Pour mon père, Guitou c’était sans doute l’un des grands gardiens des cultures, des traditions et du développement touristique de la Camargue. En particulier celui de Méjanes.

Souvent à l’occasion des ferias nous nous croisons, et j’ai toujours pour Guitou cette immense affection et cette admiration pour sa bienveillance et son attachement à notre terre, à notre histoire commune.