L’histoire du Domaine de Méjanes, par Michèle Ricard (18).

En 1971, se prépare au Domaine de Méjanes, un événement très spécial.

Un événement qui restera gravé à jamais dans la mémoire de chacun de nous. Une journée hors du temps que nous avons été des dizaines de milliers à partager dans notre paradis du bout du monde, à Méjanes : le Rejon d’Or par les Cavaliers de l’Apothéose.

Ce Rejon d’Or là, nous le devons en partie à un personnage hors du commun, qui associe lui aussi son destin à celui de Méjanes. Il s’agit de Ramon Gallardo. Il est le parrain de ma fille Virginie. Nous avons pour lui une affection toute particulière.

Ramon est originaire de Valencia en Espagne. Il torée régulièrement dans les arènes du sud de la France, apprécie la région et s’installe à Arles en 1952 puis aux Saintes Marie de la Mer où il vit toujours.

Matador il se produit des dizaines de fois à Arles, Fréjus, Vallauris… il y remporte le Prix Picasso. Puis il participe à de nombreuses corridas en tant que banderillero.

En parallèle de ses activités tauromachiques, Ramon est boucher. Il achète la viande à Pierre Pouly à la sortie des arènes d’Arles et la vend sur les marchés de Tarascon, des Saintes Marie de la Mer, …

De gauche à droite : Paul Ricard, Pedro Romero, Ramon Gallardo, José Luis Marca et Charles Fidani
Angel Peralta et Michèle Ricard

En 1971, Ramon Gallardo anime les arènes de Méjanes, il le fera pendant 8 ans.

Chaque semaine, des agences parisiennes envoient des bus remplis de centaines de touristes sur le domaine et Ramon organise pour eux des découvertes à cheval, mais aussi et surtout de grands spectacles d’équitation camargue, des courses de taureaux, des corridas de simulacre, …

Le dimanche, il propose des courses à la cocarde, des corridas, à pied et à cheval, pour le public plus régional qui vient déjeuner sur le domaine et poursuivre l’après-midi dans une ambiance festive et ultra-conviviale au milieu des chevaux, des taureaux, des grands toreros français de l’époque comme Marius, Christian et Albert Lescot, Gérald Pellen, Charles Fidani, … On y retrouve souvent Ramon en banderillero.

Ramon est très proche d’Angel Peralta et de Fermin Diaz. Avec Angel, ils se connaissent depuis leurs débuts dans le monde taurin en Espagne.

C’est au cours de l’un de ses séjours en Espagne, dans un petit village à côté de Pampelune, qu’il assiste à une présentation des Cavaliers de l’Apothéose. Il trouve ce Rejon extraordinaire. Du jamais vu ! Avec Fermin, il décide de faire découvrir ce cartel d’excellence au public de Méjanes !

Ce serait José Samuel Pereira Lupi qui aurait créé ce concept des Cavaliers de l’Apothéose avec Alvaro Domecq, Angel Peralta et Rafael Peralta.

Le programme de la Feria d’Arles vient de paraître… le 14 juillet 1971, jour du Rejon de Méjanes, le torero Luis Miguel Dominguin prévoit de faire son grand retour !

Peu de chances alors pour Méjanes de remplir les arènes, avec une telle affiche, à la même date dans la ville voisine. Malheureusement, le planning ultra-chargé du cartel qui se produit à travers toute l’Espagne avec succès, ne nous laisse pas d’autre alternative…

Par courtoisie pour son ami Pouly, le directeur des arènes d’Arles à l’époque, Ramon lui présente le projet. Pierre Pouly lui répond après quelques hésitations « qu’après tout, il y a de la place pour tout le monde ! »

Voyons si le public de Méjanes sera au rendez-vous… Le 14 juillet 1971, en début d’après-midi, des milliers de voitures arrivent au domaine. Les arènes ne tardent pas à se remplir. On refuse du monde, beaucoup de monde. Le spectacle est à la hauteur de nos espérances et de celles du public.

De nombreuses années ont passé. Je me souviens encore de mon enthousiasme, assise dans les gradins auprès de mon père qui m’implore de me tenir tranquille au risque de déclencher un accouchement prématuré…

Une chose était certaine, le héros de cette inoubliable journée serait le parrain de François Xavier qui naîtrait la semaine d’après.

NB : N’hésitez pas à me faire parvenir vos témoignages, photos, … de cette journée du 14 juillet 1971.