L’actualité taurine en bref…

Carnet noir

Il y a huit jours est décédé l’ancien novillero Manolo Roig « El Niño de la Isla » qui emprunta son apodo à son quartier d’origine, le quartier de la Isla Chica à Huelva.

Aux portes de l’alternative, il dut y renoncer à cause d’un problème de santé. Après son étape de novillero, il fut l’homme de confiance de Miguel Báez “Litri” qu’il accompagna durant une bonne partie de sa carrière.

Manolo Roig avait 99 ans. RIP.

Autre disparition, celle du matador péruvien d’origine japonaise Ricardo Higa Uyehara « Mitsuya ». Né au Pérou de parents venus d’Okinawa, il fit son apprentissage sur sa terre natale mais aussi en Espagne où il prit l’alternative à Ondara (Alicante) des mains de Palomo Linares le 28 août 1970 (témoin Julian Garcia, toros de Manuel Zaballos).

De retour au Pérou, il fut blessé à Lima et mit fin à sa carrière, créant ensuite le  journal Nikkei Perú dont il fut dirigeant et journaliste.

En parallèle, il fit quelques apparitions dans des séries télévisées et fut aussi secrétaire du syndicat des matadors et banderilleros péruviens.

Ricardo Higa Uyehara avait 82 ans. RIP.

Actualité

L’ancien matador portugais Rui Bento Vasques, qui dirigeait depuis 14 ans la plaza de toros Campo Pequeno de Lisbonne, la « Catedral Mundial de Tauromaquia a Caballo », a décidé de mettre fin à cette étape de sa vie professionnelle.

L’arrivée d’un nouvel empresario venu du monde du show-biz, n’ayant pas la même vision de la gestion du coso, n’est pas étrangère à cette décision. 

L’UCTL (Unión de Criadores de Toros de Lidia), qui représente 85% de la production de bétail brave, a estimé à plus de 77 millions d’euros les pertes dues à la crise sanitaire du Covid-19.

Le prix de la viande a considérablement baissé du fait de l’afflux de bétail brave dans les abattoirs, les ganaderos réduisant de façon drastique leurs troupeaux.

Le gouvernement régional va réunir empresarios, ganaderos, toreros, présidents de plazas et aficionados pour faire le point sur la crise sanitaire et tenter de trouver des solutions pour en atténuer l’impact. 

Le novillero Tomas Rufo, apodéré par l’empresa Plaza 1, a reporté son alternative en 2021.

Le garçon devait passer à l’échelon supérieur au mois de juillet prochain à Mont de Marsan des mains d’Alejandro Talavante en présence d’Andrés Roca Rey.

La municipalité de Burgos a décidé de repousser la Feria de San Pedro à la dernière semaine d’août, soit du 27 au 30 (avec toutes les incertitudes qui planent sur la situation). 

L’empresa Tauroemoción, qui gère la plaza de toros locales, a annoncé un cycle réduit à trois ou quatre spectacles pour lesquels la qualité sera de mise.

La mairesse de Castellon, Amparo Marco, souhaite reprogrammer la Feria de la Magdalena au mois d’octobre si la situation sanitaire et les autorités le permettent.

Le projet sera un cycle de cinq jours entre le 8 et le 13 octobre. A suivre…

Suite à une réunion de la Commission Extra-municipales des Fêtes qui s’est tenue vendredi dernier, les Fêtes de Bayonne, et bien sûr les événements taurins qui vont avec, ont été suspendues.

Si festivités il y a, le format sera réduit et décalé dans le temps. La décision n’interviendra pas avant le début de l’été.