Note de conjoncture de la Fédération des Manadiers.

Depuis ce vendredi 13 mars 2020, les élevages de taureaux et chevaux de race Camargue (manades) demeurent pleinement impactés par la crise sanitaire du COVID 19.

De nombreux impacts affectent durement les éleveurs de taureaux et chevaux Camargue, dont l’activité repose essentiellement sur les activités agro-touristiques, culturelles et évènementielles.

De plus ces exploitations singulières se caractérisent par des charges de structures particulièrement importantes (75%), liées à la gestion singulière des manades (gestion de grands espaces et de cheptels sauvages, systèmes purement extensifs …).

Les pertes sèches estimées entre le 13 mars au 31 mai pour les 116 manades de la FDM s’élèvent à 3 011 313 euros, pour des charges identiques, voire augmentées par une conduite de troupeau modifiée (fourrages, augmentation du cheptel par baisse d’abattage viande).

La Fédération des Manadiers mobilise les pouvoirs publics sur une situation des manades qui est GRAVE dans le sens où ces structures ont à faire face à des impacts majeurs, et un contexte de crise structurelle qui perdure.

En complément des mesures annoncées par l’Etat et les collectivités, avec le soutien des représentants agricoles et consulaires et territoriaux, il est indispensable pour les manadiers, de façon très urgente, de mettre en place tous les moyens pour :

  • Un gel immédiat des charges de structure : loyers, fermage, assurances, crédits et traites, charges sociales et MSA (et non un report).
  • Un fond d’aide d’urgence pour les charges d’exploitation : fourrage et aliments, frais vétérinaires, entretien des clôtures et matériels, complémentaire des fonds de solidarité de l’Etat.
  • Un message fort auprès des banques, afin de subvenir aux besoins de trésorerie des exploitations par le gel des échéances de crédit et traites sans surcoût.