Des lectures en guise de paseos.

Depuis le début du confinement, le comédien Arnaud Agnel, (bien connu des aficionados pour avoir créé le spectacle-hommage à Juan Bautista – « Je ne me sens bien, au fond, que dans des lieux où je ne suis pas à ma place » – et avoir adressé une lettre ouverte à Aurore Bergé qui fit grand bruit à l’automne dernier), propose chaque jour des « Facebook Live Littéraire ».
 
Le concept est simple : chaque jour en direct, du lundi au vendredi, à 11h00, seul face à la caméra et durant une trentaine de minutes, il lit les premières pages d’un livre revêtant à ses yeux un intérêt important.

Il a ainsi lu jusqu’ici de nombreux ouvrages tels « Lettres à un jeune poète » de Rainer-Maria Rilke, « La dernière bagnarde » de Bernadette Pécassou, « Zidane » de Frédéric Hermel, « Proses du fils » de Yves Charnet, « L’ordre du jour » de Eric Vuillard, « Du sexisme dans le sport » de Béatrice Barbusse ou encore… le magnifique « Recouvre-le de lumière » de Alain Montcouquiol.

Ce week-end, et comme de nombreux aficionados, il devait être présent à Arles pour la traditionnelle Feria de Pâques, synonyme de lancement de la saison taurine en France.
 
Mais … le Covid-19… inutile de revenir dessus…
 
Soucieux de manifester encore et toujours son Aficion et son soutien au peuple taurin, et alors qu’il devait être « off » ce week-end de tout «Facebook Live Littéraire», il a décidé, avec l’accord de l’empresa arlésienne, d’emboîter son pas de Féria virtuelle.
Ainsi, chaque jour de ce week-end Pascal, à 16h30, une heure avant le début des corridas de l’après-midi, il proposera des «Facebook Live Littéraire – Spécial Féria» donnant à entendre des oeuvres littéraires taurines majeures.
Premier rendez-vous demain samedi 11 avril, sur sa page Facebook et la page des Arènes d’Arles avec une première lecture consacrée au merveilleux … « ou tu porteras mon deuil » de Dominique Lapierre et Larry Collins.
 
Un rendez-vous quotidien qui ravira les aficionados et qui, associé à ceux de 11h00 et 17h30 proposés par les Arènes d’Arles, offrira à tout un chacun des airs de Feria.