Les spectacles du week-end.

Vendredi 28 février

Día de Andalucía

A Cantillana (Sevilla), triomphe de Léa Vicens et de Leonardo* qui coupent respectivement trois et deux oreilles aux toros de Fermin Bohorquez qui leur étaient opposés. 

Une oreille pour Salvador Cortés qui affrontait un toro d’El Parallejo et un second de Juan Pedro Domecq.

*Leonardo Hernandez a décidé de se faire uniquement désigner par son prénom  sur les affiches en se créant une nouvelle image pour entamer sa quatorzième année d’exercice de la profession. Ci-contre son logo.

A Villamartin (Cadiz), vendredi 28 février, Día de Andalucía, Daniel Luque poursuit son triomphal début de temporada en coupant les trophées maxima.

Oreille pour chacun de ses compagnons de cartel : El Fandi, Alberto Lopez Simon, Alfonso Cadaval, Dario Cañas et El Melli.

Les novillos portaient le fer d’El Torero.

A Alcalá del Río (Sevilla), Pepe Moral coupe lui aussi les trophées maxima à un novillo de Chamaco.

Victor Puerto, Lama de Gongora et El Primi coupent deux oreilles, Javier Conde et Martin Nuñez une.

Samedi 29 février

A Camas (Sevilla), encerrona bénéfique pour Esaú Fernández qui coupe quatre oreilles et un rabo et sort a hombros.

Ses adversaires arboraient les devises de Baltasar Ibán (oreille), Buenavista (oreille), Victorino Martín (salut), El Pilar (deux oreilles et rabo), La Ventana del Puerto (salut) et Daniel Ruiz (salut).

Le toro d’El Pilar (4°) fut honoré de la vuelta posthume.

A Aranda de Duero (Burgos), pour le festival au bénéfice de la Société Espagnole de Chirurgie Taurine, c’est Emilio de Justo qui s’impose en coupant deux oreilles devant Morante de La Puebla et Cayetano (une oreille). 

Salut pour José Maria Manzanares, Pablo Aguado et El Rafi.

Les novillos du jour, de petite présentation et maniables, venaient de la ganaderia Garcia Jimenez.

A Constantina (Sevilla), pour la ré-inauguration des arènes, triomphe des trois rejoneadores, Rui Fernandes, Leonardo et Léa Vicens, qui sortent par la Puerta Grande en ayant coupé chacun deux oreilles.

Comme la veille pour Léa et Leonardo, le bétail portait le fer de Fermin Bohorquez.

A Bogota (Colombie), José Arcilla sort a hombros après avoir coupé trois oreilles aux toros de Vistahermosa.

Silence pour Moreno Muñoz et David Martinez qui confirmait son alternative.

Le premier toro de la tarde fut honoré de la vuelta posthume.

(Photo : Rodrigo Urrego B)

A Val Quirico (Mexique), nouveau triomphe pour Guillermo Hermoso de Mendoza qui coupe trois oreilles et qui sort a hombros en compagnie d’Emiliano Gamero (deux oreilles).

Silence et ovation pour Luis Pimentel, et sifflets pour Marcos Bastida qui écoute les trois avis.

Les toros portaient les fers de Zacatepec (2º, 4º, 5º et 6º), et Juan Huerta (3º et 7º) ce dernier ayant aussi amené le novillo d’ouverture pour Bastida. 

Dimanche 1er mars

A Bogota (Colombie), pour la dernière corrida de la Feria de la Libertad, triple sortie a hombros avec deux oreilles pour Sébastien Castella et Roca Rey. 

Juan de Castilla coupe trois oreilles dont deux symboliques du sixième toro,  « Talentoso », porteur du fer de Juan Bernardo Caicedo, qui eut la vie sauve.

Le second toro de la tarde fut primé de la vuelta posthume.

Sébastien Castella offrit le sobrero sans plus de résultats (silence).

A Río Grande (Mexique), Guillermo Hermoso de Mendoza continue sa moisson de trophées  en coupant quatre oreilles à des toros de San Pablo et Guanamé.

Une oreille pour César Montes. Palmas pour les novilleros Emmanuel Cuenca et Juan Francisco « Papo ».

A Gimeaux, pour la traditionnelle Fiesta Campera du Printemps, une oreille pour chacun des quatre toreros, Paco Ramos, Ivan Abasolo, Solalito et Tristan, face à quatre novillos de François André.

Paco Ramos
Ivan Abasolo
Solalito
Tristan

En matinée, bonnes prestations de deux élèves de l’école taurine du Pays d’Arles, Lucas Spagna et Jérôme, dont c’était la première épée.

(Photos : Jean-Luc Jouet)