Black is Black…

Célébrissime chanson de l’année 66, numéro 1 des Hit Parades, l’interprétation était à la charge du groupe Los Bravos d’origine madrilène…

Notre Johnny national reprit les paroles par «Noir c’est Noir, je n’ai plus d’espoir», l’ami toulousain Nougaro lui répondit par «Amstrong, je suis blanc de peau, quel manque de pot».

La couleur noire a cette double signification, le chic absolu comme l’Ultra Black (1) ou le désespoir, le malheur, le manque de chance, être noir.

Depuis la controverse de Valladolid (2) qui légalisa l’esclavage, le peuple noir a évolué dans l’ambivalence des réactions : pitié ou adversité, suggérée seulement par la couleur de sa peau !

Du Black Power de Malcon X à la non violence du pasteur Luther King, tous deux finiront assassinés.

Le Blues, qui est devenu synonyme de mélancolie «  Il y a longtemps sur les guitares des mains noires lui ont données le Jour » ; enfantera de nombreux genres musicaux : la Soul, le Jazz et le Rythm en Blues.

Ces nouvelles musiques changeront à jamais l’horizon musical sur la planète.

De Ella Fitzgerald à Aretha Franklin, de Sydney  Bechet à Errol Gardner, de Charlie Parker à Miles Davis, de James Brown à Stevie Wonder ; tous seront ambassadeurs par l’élégance de cette musicalité auprès de la jeunesse américaine blanche.

A Memphis, dans le Sud ségrégationniste sera créée une entreprise de disques et d’enregistrements , en 1968 par Jim Steward et Estelle Axon :  Stax . Une main noire donnant le tempo.

Le studio et son sigle seront un symbole musical pour l’intégration des afro-américains.

Le célèbre « I have a dream » du pasteur Luther King sera doublement exhaussé. « Georgia on my mind » (Ray Charles) deviendra l’hymne de l’État avec le plus de ségrégations : la Georgie.

Barak Obama deviendra le premier président noir en 2009 aux USA.

Le Noir est associé au deuil, au néant (trous cosmiques), au chaos (drapeau de Daesh et chemises fascistes).

Il peut  représenter l’autorité, la rigueur des tenues du Clergé.

Les héros peuvent être sombres et bons, comme Zorro et son cheval Tornado (dressé au Cadre Noir de Saumur ?).

Batman le justicier, ou méchant comme Dark Vador de Star War.

Le bivalence se faisait avec la Veuve Joyeuse (pièce de théâtre de F. Lehnar) ou la légèreté des bulles de la Veuve Cliquot (champagne).

Nombreux furent les élevages de toros bravos, dont la propriétaire était veuve : Vuida Ortega, Villamarta, Tamaron, Murube, Concha Y Sierra, Viret (France). Leur bétail était souvent âpre, les banderilles noires (appelées viudas) étant posées pour le manque de bravoure.

Certains animaux, dont la couleur sombre n’est pas toujours de bonne augure : corbeau, panthère, cygne, chat et toro.

Le pelage obscur de ce dernier se décline en zaïno, azabache, mulato, mohino, mais aussi dans les robes composées : berrendo, sardo.

La couleur noire obtenue par combustion (charbon) fut utilisée pour les gravures rupestres, et bien sur la représentation entre autres du Bos Taurus.

L’utilisation de cette teinte pour les costumes de toreros fut un temps attribuée aux toreros gitans (austérité ou prix?).

Joselito « El Gallo », portera un costume noir à la mort de sa mère Gabriela Ortega Feria. Il offrira un capote de paseo à la Macarena, la légende dit qu’il fut porté par la Vierge, le jour de sa mort à Talavera.

Rafael de Paula  associait ce type de tenue à un gilet en or. Marquait-il ses jours de déroute d’une pierre noire ?

Jose Maria Manzanares porta le deuil dans les arènes, avec un costume identique, durant la temporada 2015 pour son père.

El Fundi, Roberto Dominguez affectionnaient ce type de traje.

Ignacio Sanchez Mejias prit l’alternative dans un costume à parements noirs.

Joachim Bernardo y Bartomeu ajoutait de l’argent , surpiqué de perles rouges au costume de lumières noir.

Juan Jose Padilla, après son terrible accident, adoptera les attributs sombres des pirates : bandeau et pavillon. (3)

Beaucoup de banderilleros ont des costumes à parements sombres .

En 2019 pour la novillada des fêtes de Tarascon, sept costumes sur neuf étaient sombres.

Laissons la conclusion sur cette non couleur au maestro Luis Francisco Espla.

«  Le noir ne crée pas de rupture entre le torero et le toro, il  tend à l’intégration avec l’animal ».

Brindis à Ricardo Chibanga (Mozambique) premier torero noir, « El Africano », disparu le 11 avril 2019.

« Dans les yeux d’un toro, Noir et Blanc se ressemblent comme deux gouttes d’eau… »

Jacques Lanfranchi « El Kallista »
(Samedi 1 février 2020)

  1. l’artiste plasticien Anish Kappor a inventé et déposé le brevet d’un noir absolu appelé Vantablack
  2. en 1527 le dominicain Bartolomé de las Casas et le théologien Juan Gines de Sepulveda conclurent que les amérindiens avaient une âme, les noirs d’Afrique non, et officialiseront de fait l’esclavage.
  3. La signification de la tête de mort et deux tibias sur le drapeau des pirates est : « souvenons nous que nous allons mourir, donc hâtons nous de bien vivre ».

Bibliographie.

  • histoire et symbolisme des couleurs  J. Peyresblanques. 1998.
  • toros 1927-1928. Alain Vanderheede. 2013.

photos DR
musicographie : souvenirs personnels de jeunesse