Nouvelles brèves.

L’empresa Campo Bravo Alcarreño, S.L., qui gère la plaza de toros de Brihuega, a présenté le cartel de sa traditionnelle Corrida de Primavera. Au menu un plat on ne peut plus classique à base de figuras, Enrique Ponce, Morante de la Puebla et José María Manzanares, qui affronteront des toros de Juan Pedro Domecq.

L’ancien matador Vicente Ruiz « El Soro », hospitalisé récemment dans un état de santé alarmant, a pris le dessus et vient de quitter l’unité de soins intensifs pour poursuivre sa convalescence en chambre où il restera toutefois sous surveillance. Fuerza, torero !

A Tetepango (Mexique), triomphe du matador franco-mexicain Andrés Lagravère « El Galo » qui quitte la plaza de toros a hombros après avoir coupé une oreille à chacun de ses toros de Texenac. Une oreille pour son compagon de cartel, le péruvien Ivan Vela. Enhorabuena !

La plaza de toros de Gerena (Séville) accueillera le 15 février prochain un festival mixte organisé par l’empresa Puerta Grande Granada. Au cartel le rejoneador Juan Quinta, les matadors Juan Serrano “Finito de Córdoba”, Curro Díaz, Manuel Escribano et Daniel Luque, et le novillero Juan Pedro García “Calerito” qui combattront des novillos de José Luis Pereda et Lora Sangran.

José María Garzón, nouvel empresario de la plaza de toros de Cordoba pour les cinq années à venir, envisage de repousserdans un futur proche la Feria de la Salud au mois de septembre pour les Fiestas de Nuestra Señora de la Fuensanta. L’objectif est de ne pas concentrer toute la programmation sur la seule feria dont les dates coincident avec nombre d’autres événements. Cette année, une corrida serait programmée pour la Fiesta de las Cruces (30 avril au 3 mai), trois autres pour la Feria de la Salud et une novillada piquée en septembre. Quant à la présence de José Tomas à Cordoba, programmé par la même empresa à Algeciras et Granada, la question reste posée.

La plaza de toros de Medellin (Colombie) n’accueillera pas de toros au moins jusqu’en 2023. Le maire de la cité et l’empresa D’Groupe, dont les actionnaires sont majoritaires au conseil d’administration de La Macarena, ont signé un accord en ce sens. Un coup d’arrêt à la Fiesta qui pourrait être définitif, le nouvel édile s’affichant comme un opposant à la corrida.

Les arènes d’Alicante devraient logiquement revenir à Simon Casas qui est le seul, via l’empresa Eventos Mare Nostrum S.L. dont il est le président, à s’être présenté à l’appel d’offres. L’empresario nîmois pourra gérer le coso jusqu’en 2023 avec la possibilité de voir son contrat prolongé d’une année supplémentaire. (Photo : Templaito)