Nîmes. AG de la Peña Sébastien Castella.

C’est dans les locaux du restaurant « Au chapon fin » de Nîmes et en présence d’une belle chambrée de socios que s’est tenue samedi dernier l’Assemblée Générale de la Peña Sébastien Castella.

Après les bilans moraux et financiers de l’année écoulée, la présidente Mireille Polo présenta les projets pour la temporada qui va débuter, une saison qui sera marquée par la célébration des vingt ans d’alternative du maestro biterrois.

La Peña s’attachera donc à supporter le torero en organisant au printemps un voyage à Valencia, puis en septembre un second déplacement en Andalousie avec, entre autres activités, une journée à la finca de Sébastien. D’autres manifestations viendront étoffer cette temporada un peu particulière.

Après cette présentation, Mireille Polo céda la parole à Patrick Colléoni, directeur du site torobravo et président de l’Association des Critiques Taurins de France, chargé d’animer les débats avec les invités.

C’est tout d’abord Hadrien Poujol, chargé de communication auprès de Sébastien Castella et de l’empresa Simon Casas Productions, qui répondit aux questions concernant tout d’abord les activités prévues par la Peña. Il dévoila ensuite les grandes lignes de la temporada du maestro biterrois. Furent évoqués les grands rendez-vous de la saison mais aussi les projets de Sébastien, notamment en ce qui concerne la gestion des arènes de sa cité natale (à partir de 2021 s’il remporte le marché).

Concernant les arènes de Nîmes, Hadrien évoqua aussi les orientations prévues par Simon Casas pour la gestion de l’amphithéâtre gardois, gestion qui lui a été récemment concédée pour le lustre à venir.

C’est ensuite Aurélia Bonijol qui se prêta au jeu des questions après que Patrick Colléoni ait décrit l’évolution du tercio de varas jusqu‘à nos jours. On sait qu’Alain et Aurélia Bonijol se sont beaucoup impliqués pour redonner ses lettres de noblesse au premiers tiers. Modification du caparaçon, usage de chevaux plus légers et mieux préparés pour accomplir leur tâche, création d’un nouveau modèle de pique, …, autant de sujets qu’Aurélia évoqua avec une passion qui captiva l’assistance. La discussion passa aussi, entres autres sujets, par l’évocation des problèmes sanitaires rencontrés au cours de la temporada 2019, une situation qui mit en difficulté l’empresa de caballos avec la perte de bon nombre de contrats.

Jean-Pierre Odet, mayoral des ganaderias de Valverde et Concha y Sierra, évoqua quant à lui la temporada 2019 des pupilles de Jean-Luc Couturier avant de présenter les grandes lignes de la saison à venir pour les deux fers.

Vincent Fare fut appelé à témoigner de l’histoire ganadera de sa famille, depuis la création du fer par son père et par Robert Venant en passant par la catastrophe de 2003 qui faillit faire disparaître l’élevage, lequel ne survécut que grâce à l’aide de Patrick Laugier, homme de cœur, qui offrit le bétail pour continuer l’aventure.

On passa en revue les succès acquis avant d’évoquer le futur, Vincent se posant en ganadero prudent mais toutefois déterminé,  choisissant de prendre son temps pour faire les choses au mieux.

Enfin, Laure Crespy, photographe attitrée de Sébastien Castella, évoqua le parcours taurin qui la conduisit à se rapprocher du torero biterrois.

Une belle soirée pour les socios de la Peña qui profitèrent des débats tout en dégustant un succulent repas confectionné par le maître des lieux.