Arles. Présentation des cartels de la temporada.

Exceptionnellement, c’est dans les salons de l’hôtel Arlaten, et non comme auparavant au Patio de Camargue, que s’est tenue la conférence de presse  de présentation de la temporada arlésienne.

Jean-Baptiste Jalabert, en sa qualité (confirmée) d’empresario de la plaza de toros rhôdanienne, a présenté les grandes lignes de la saison avant de céder la parole à Hervé Schiavetti, maire de la cité, qui se félicita du fait que les Jalabert, grande famille de Camargue, poursuive le travail initié lors des années précédentes.

On passa ensuite au détail des cartels avec la présentation de la course camarguaise d’ouverture de la Feria de Pâques, puis à celle de la première corrida du cycle. Corrida-événement en ce 11 avril avec le retour officiel dans les ruedos d’Alejandro Talavante, une présence programmée lors de la dernière Feria du Riz lorsque le torero espagnol vint assister à la despedida de Juan Bautista.

Ce retour prendra la forme d’un mano a mano avec le matador arlésien Juan Leal, une opposition de style qui sera arbitrée par deux ganaderias prestigieuses dont les noms seront dévoilés prochainement.

Le dimanche matin, la formule initiée l’an dernier pour la novillada est reconduite cette année : six novilleros français face à six ganaderias françaises elles aussi. On notera le retour des devises de Tardieu Frères et de Pagès-Mailhan, de celle du Lartet qui s’est distinguée en 2019, et donc logiquement reconduite, la présence d’une seconde ganaderia du Sud-Ouest, Alma Serena, et la présentation de deux ganaderias du Sud-Est, Turquay et Roland Durand.

Côté novilleros, Carlos Olsina et Adam Samira  reviennent. Deux novilleros du Sud-Ouest, Jean-Baptiste Molas et Yon Lamothe, découvrent Arles. Solalito se présente dans la catégorie après des débuts nîmois encourageants. Enfin l’arlésien Tristan accéde pour l’occasion au niveau supérieur.

L’après-midi, cartelazo avec des toros de Jandilla pour trois des triomphateurs de la temporada 2019, Antonio Ferrera qui revient à Arles après deux lustres d’absence, José Maria Manzanarés et Paco Ureña.

Le lundi 13 avril au matin, autre événement avec la présence de Diego Ventura qui a choisi Arles pour y toréer seul six toros parmi lesquels un Miura et un Prieto de la Cal, les quatre autres portant les fers de Jalabert, Los Espartales, Guiomar de Moura et Diego Ventura.

On retrouvera le fer de Miura lors de la dernière corrida de la Feria Pascale. Cette devise redoutée accompagnera les débuts de Maxime Solera dans la catégorie supérieure, une alternative qui lui sera conférée par le matador murciano Rafaelillo, qui reprendra les trastos après sa grave blessure de Pamplona par un toro de ce même fer. La cérémonie aura pour témoin le torero albaceteño Sergio Serrano.

La Feria du Riz débutera le samedi 12 septembre par la traditionnelle corrida goyesca qui présentera un autre cartelazo. Enrique Ponce, Sébastien Castella et Andrés Roca Rey seront au paseo face à des toros de Garcigrande. La scénographie sera orchestrée par l’artiste Gérard Fromanger, et la partie musicale confiée comme de coutume à l’orchestre Chicuelo II accompagné des choeurs Escandihado et de la soprano Muriel Tomao.

Corrida torista le dimanche après-midi pour la clôture de la temporada arlésienne avec une competencia entre les toros de Palha et ceux de José Escolar. Face à eux Fernando Robleño, Pepe Moral et comme l’an dernier un troisième torero qui sera choisi en cours de saison en fonction des succès enregistrés.

Le matin, novillada sans picadors avec des erales de Yonnet (organisation Ecole Taurine du Pays d’Arles).

Comme d’habitude, le Salon du Toro ouvrira ses portes la semaine précédant chaque Feria.

Un programme des plus attractifs que les aficionados auront à coeur de valider par leur présence !

L’affiche de la Feria de Pâques, due au talent du photographe Hervé Hôte, fut enfin dévoilée avant que les présents partagent le verre de l’amitié !

VOIR LA CONFÉRENCE DE PRESSE EN VIDÉO.

Demain le programme détaillé.