Concha y Sierra – Résumé de la saison 2019.

Les succès de la saison 2019.

Marquée par le retour de l’élevage en Espagne, dans les arènes de Zaragoza, le 23 avril dernier, et terminée avec l’obtention du prix du meilleur novillo lidié lors de la novillada concours de Bouillargues, la saison 2019 de Concha y Sierra a donné de nombreuses satisfactions. 
De la capitale aragonaise à Bouillargues, en passant par Alès, Boujan, Maranchón ou Villarejo de Salvanés, Concha y Sierra a consolidé sa place sur l’échiquier taurin. 
Retour sur une saison riche en émotions. 

Une reconnaissance pour la sauvegarde des encastes menacés de disparition.

Lors de la dernière féria d’Istres, la prestigieuse Association des Critiques Taurins de France a remis à Jean-Luc Couturier, des mains de son président Patrick Colleoni, le Prix Nimeño II 2018. Par ce geste, l’association saluait l’oeuvre menée à bien par l’éleveur provençal pour contribuer à la sauvegarde et à la protection de deux encastes menacés de disparition.

Concha y Sierra : un retour remarqué en Espagne.

Après plusieurs années d’absence, les Vazqueños de Concha y Sierra ont foulé à nouveau les pistes espagnoles en 2019. Ce retour, attendu par de nombreux aficionados, a été courroné par la belle prestation de « Bandolero-3 », le 23 avril dernier dans les arènes de Zaragoza.

 

 

 

 

 

 

 

Toréé lors de la traditionnelle corrida concours de San Jorge, Bandolero a exprimé une caste prononcée en piste et il a fait preuve d’une remarquable transmission. Face à lui, Domingo López Chaves a signé une lidia empreinte de maestría, ce qui lui a permis d’obtenir la seule oreille de la course.

La caste des Concha y Sierra brille à Boujan-sur-Libron.

Sergio Nuñez et le brave Gitanito-25

« Quatre erales de Concha y Sierra, joliment présentés, plus sérieux les deux derniers, aux robes variées dans le type de l’encaste, intéressants et qui permettaient des trasteos mieux composés ». Thierry Ripoll, sur Toreria.net.

Cestero-32 dans la muleta de El Niño, vu par Patrick Soux

« Ils sont beaux et bien présentés avec un comportement agréable jusqu’au bout, du piquant et de la présence pour les CyS ». Michel Jean, sur fstf.com 

Dimanche 30 juin. Novillada sans picadors. Forte chaleur. 1/3 entrée.
4 erales de Concha y Sierra, bien présentés et armés, offrant des possibilités à des degrés divers, supérieur le bon 1er.
Source : Semana Grande 

Vuelta al ruedo à un Concha y Sierra en Espagne.

Au milieu de l’été, Concha y Sierra a marqué de nouveaux points en Espagne. Mañico-9, lidié samedi 24 août dans les arènes de Maranchón (province de Guadalajara), a été primé d’un tour de piste posthume après avoir livré un combat exemplaire. Le rejoneador José Miguel Callejón a obtenu quant à lui un trophée.

 

 

 

 

 

Un extraordinaire Limonsito.

Dans la banlieu sud de Madrid, le 5 octobre dernier, un extraordinaire exemplaire nommé Limonsito a mis à l’honneur la caste vazqueña dans les arènes de Villarejo de Salvanés.

A la tombée de la nuit, surgit de l’obscurité un splendide Concha y Sierra, Limonsito, pour affronter quelques uns des meilleurs recortadores de la région madrilène. Sa caste étincelante, son envie de dominer l’espace scénique et son impresionante morphologie ont couronné un concours de recortes passionnant de bout en bout. 

Convié pour départager deux concours de ce type en fin de saison, l’élevage vazqueño de Concha y Sierra a confirmé les bonnes impressions laissées à Zaragoza et à Boujan.

Sergio Redondo, vainqueur du concours de recortes, évoque en ces termes le comportement qu’eut Limonsito ce soir d’octobre : « Tous les aficionados présents se souviendront de Limonsito, non seulement pour sa beauté mais aussi pour le trapío qu’il arborait. Limonsito était digne d’une arène de première catégorie. Son comportement a été extraordinaire. En plus de mettre la tête, il fut très prompt et il transmit énormément lors de chacune de ses charges ». 

L’hommage de Pavito à sa lignée.

A l’affiche de la traditionnelle novillada sans picadors concours de Bouillargues, l’élevage de Concha y Sierra a clôturé avec succès une année importante. Pavito-35, choisi pour représenter l’élevage, a remporté le prix décerné au meilleur novillo de l’après-midi. Sa caste, la profondeur de ses charges et sa sauvagerie ont séduit le public qui remplissait la quasi totalité des gradins. Le jeune novillero Cristián Parejo réalisa face à lui le meilleur de l’après-midi, livrant un combat remarquable. 

Photos : Daniel Chicot et JC Lemelle.

Le trophée obtenu par Pavito récompensait non seulement le comportement qu’il eut en piste, mais aussi la qualité de sa lignée. En effet, il était l’héritier d’une des plus importantes familles de l’élevage. Parmi ses antécédents, se trouvent plusieurs individus qui ont marqué l’Histoire de la tauromachie. Le premier, lidié en 1917 dans les arènes de Valencia, permit à Rafael « El Gallo » de réaliser probablement la faena la plus importante de sa carrière. Plus récemment, un autre Pavito, marqué du numéro 19, reçut le prix décerné au meilleur novillo de la prestigieuse féria de novilladas de Calasparra. 

Inoubliable fête de fin de saison.

Deux cent aficionados s’étaient donnés rendez-vous le 28 septembre 2019 à Coste-Haute pour y fêter une saison riche en moments d’intenses émotions. 

La journée, passée sous un agréable soleil, en présence d’Alberto Lamelas, de Manolo Vanegas et de Cristián Parejo, a connu plusieurs temps forts. En matinée, trois vaches furent testées en acoso y derribo, en plein champ. L’une d’entre elles, Cirila-634, exprima une caste remarquable dans la muleta de Cristián Parejo.

La saison 2020 de Concha y Sierra.

En 2020, l’élevage proposera une camada similaire à celle de la saison 2019. Celle-ci sera composée de deux corridas et une novillada piquée et devrait être dotée d’armures et de pelages particulièrement spectaculaires.