Béziers. Magnifique édition des Journées Taurines.

Les 37èmes Journées Taurines de Béziers, organisées par la Fédération des Clubs Taurins du Biterrois, se sont tenues dans le contexte de la proposition de loi visant à un interdire les corridas aux mineurs de moins de 16 ans.

Tout au long de ces quatre journées, du 24 au 27 octobre, que ce soit au Palais des Congrès, à la Peña Emilio Oliva ou aux arènes de Béziers, les nombreuses personnalités présentes ont condamné cette proposition empiétant sur le rôle des parents en matière éducative et culturelle.

Une chose est certaine l’Aficion biterroise est bien décidée à continuer à se mobiliser comme l’ont exprimés près de 300 signataires d’une pétition de protestation contre cette loi liberticide et les termes diffamatoires contenus dans l’exposé de ses motifs.

Le jeudi 24 octobre, après l’inauguration des journées par Bernard Mula, président de la FCTB, en présence du maire de Béziers et de la députée du secteur, dans l’auditorium du Palais des Congrès, la Lyre Biterroise, orchestre officiel des arènes de Béziers, dirigée par Victor Madrène, présentait avec brio un concert aux couleurs taurines. Les présents auparavant avaient pu voir l’exposition de photos de Jean-Pierre Albouy et Mikaël Fortes.

De gauche à droite : Jacques Nougaret, Paul Hermé, Victor Mendes, Tomas Campuzano, Claude San Nicolas et Ruiz Manuel.

Le lendemain soir, Paul Hermé animait la soirée « 120 ans d’histoire taurines », titre de l’ouvrage consacré aux arènes de Béziers paru il y a moins d’un an et présenté par Jacques Nougaret en présence de trois maestros ayant par leurs faenas participé à cette longue histoire.

Tomas Campuzano, Ruiz Manuel et Victor Mendes ont captivé l’assistance durant plus de deux heures en racontant leur trajectoire taurine… avant de montrer leur solidarité avec le combat pour préserver la liberté des parents et recevoir chacun le livre pré-cité.

Le sorteo du Bolsin samedi matin 9 h…  trois groupes de six passant par deux à chaque vache.

Samedi matin 26 octobre, les arènes de Béziers accueillaient pour deux jours le 1er Bolsin de la Grappe d’Or, parrainé par Sébastien Castella, avec la participation des écoles taurines d’Adour Aficion, Almeria, Arles, Barcelone, Béziers, Campo de Gibraltar, Castellon, Chiclana, Navas del Rey, Madrid, Nîmes, Salamanca, Valencia.

Le matador Tomas Cerqueira et le novillero Cristián Parejo de Chiclana/Béziers

Dix huit élèves dont trois biterrois face à des vaches de Robert Margé, Olivier Fernay et San Sebastian (Vangelisti).

C’est ensuite en soirée, au Palais des Congrès, que se tenait le gala de remise des trophées de la Feria biterroise 2019 en présence de nombreux toreros et personnalités. La Lyre Biterroise animait la soirée.

C’est par une manifestation : « Touche pas à mes passions » des jeunes novilleros ayant participé au Bolsin, rejoint par les présidents des clubs taurins du Biterrois, que s’ouvrait cette fastueuse soirée.

Trophée de la non-piquée : Anaïs
(De gauche à droite : Bernard Mula, Anaïs, Emmanuelle Ménard et Pascal Lopez, président de la Peña Monteblanco)

Triomphateur de la Feria Biterroise 2019 : Juan Leal
(de G à D : Bernard Mula, Robert Ménard et Juan Leal)

Meilleure Fanea : Octavio Chacon
(De G à D : Bernard Mula, Claude San Nicolas, du Club Taurin l’Aficion, Octavio Chacon, Victor Mendes,
et Benoit d’Abbadie, président de la CTEM, maire-adjoint aux affaires taurines)

Meilleur lot de toros : Pedraza de Yeltes
(De G à D : Bernard Mula, Antoine Martinez, président de la Peña Emilio Oliva
et José Ignacio Sánchez, représentant de la ganaderia)

Meilleur toro : Burrenito n°12 – Pedraza de Yeltes, toréé par Octavio Chacón.
(De G à D : Bernard Mula, Guy Bazin, du Cercle Taurin du Biterrois, Henri Fabre Luce
et José Ignacio Sánchez, représentant de la ganaderia
)

Hommage et remerciements au Maestro Sébastien Castella
(De G à D : Bernard Mula, Robert Ménard et Sébastien Castella)

Aux matadors ayant pris l’alternative à Béziers.

Tomas Cerqueira et Sébastien Castella recevait du président Bernard Mula un exemplaire du livre « Arènes deBéziers -120 ans de passion ». (Bernard Marsella excusé).

(De G à D : Antoine Martinez, président de la Peña Emilio Oliva, Octavio Chacon (en retrait), Bernard Mula,
Tomas Cerqueira et Sébastien Castella)

Dimanche midi, traditionnelle réception des aficionados à la Peña Emilio Oliva, en présence notamment  de Sébastien Castella, Octavio Chacon, Tomas Cerqueira et de jeunes novilleros dont Gauthier Crapez, avant de se retrouver l’après midi lors de la novillada sans picadors, finale de la Grappe d’Or.

Les trois finalistes du Bolsin de la Grappe d’or se retrouvaient face à trois erales de différents fers :

  • Filipe Martinho, de Vila Franca de Xira, fit face à un magnifique novillo de Margé honoré d’une vuelta.
  • Juan Herrero, de Madrid « Yiyo » affronta un bicho difficile de San Sebastian.
  • Ismael Martin, de l’école taurine de Salamanca coupa une oreille au pupille d’Olivier Fernay après un véritable combat terminé par une belle entière. 

Ismael Martin fut déclaré vainqueur de cette première Grappe d’Or et reçut en piste un trophée et une muleta de Sébastien Castella.

Reportage : Hugues Bousquet (http://lotaureroge.canalblog.com/)