Les Correbous dans le collimateur des abolitionnistes catalans.

Après avoir fait interdire la corrida en Catalogne en 2010, une interdiction que le Conseil Constitutionnel espagnol a jugé illégale, le parlement catalan s’attaque maintenant aux correbous, une pratique consistant à faire courir les toros dans les rues (toros en liberté, toros à la corde, toros de fuego).

Par un vote à l’assemblée, la proposition d’interdiction a recueilli 50 voix contre 17, l’abstention se montant à 61 voix. Le texte initial prévoyait que les correbous constitue une exception culturelle à la pratique de la tauromachie à condition que s’applique un code de bonne conduite et que les toros utilisés dans ce genre de spectacle ne soient pas mis à mort.

Le parlement catalan demande donc au gouvernement que soient effectués les changements nécessaires concernant la régulation des fêtes traditionnelles avec des toros qui, en vertu des principes de protection animale, doivent cesser d’être une exception au niveau de la législation.

Ndr : à une époque où les animalistes font feux de tout bois, il est regrettable que le code de bonne conduite évoqué plus haut ne soit pas toujours suivi, certains, par leurs agissements, mettant en péril l’avenir de traditions qu’il serait dommage de perdre. Dans nos villages du Languedoc et de Provence, les agissements isolés de quelques imbéciles ne respectant pas les animaux ont conduit à l’interdiction du taureau à la corde. Le même problème se pose en Espagne. Les spectacles taurins n’auront de légitimité que si l’on respecte le toro. A méditer !