Nîmes. 15 septembre (matin). Ennuyeuse matinale.

Une course attendue avec trois toreros parmi les plus intéressants du moment, et une course qui a déçu par la soseria des toros de Victoriano del Rio qui ont distillé l’ennui dans l’amphithéâtre.

Enrique Ponce débuta cette matinale par une bonnes série de véroniques avant deux rations de fer sans histoires suivies d’un quite de Paco Ureña par véroniques et demie. Suivit une première faena d’infirmier consistant à maintenir sur ses aplombs un Victoriano bien faiblard qui annonça la couleur de l’ensemble. Entière caidita suivie d’un descabello. Palmitas.

Le second adversaire du torero de Chiva eut un comportement de bovin domestique lors de sa parution dans le ruedo. Déambulant pacifiquement au pas, il semblait chercher quelques brins d’herbe à brouter, nul doute qu’il l’aurait fait s’il en avait trouvé. A peine daigna-t-il embister dans quelques capotazos avant de se fâcher lorsqu’il sentit la morsure du fer, poussant alors la pièce montée. Un picotazo compléta le labeur du lancier. Muleta en mains, face à un bicho qui protestait, le Roi Enrique imposa sa volonté et réussit à convaincre l’animal de se livrer. Ainsi nous eûmes droit à quelques séries ambidextres de bonne facture, le valencian réussissant à s’enrouler le bicho à la ceinture, chose bien improbable en début de trasteo et sur une musique pas très adaptée à ce qui se passait en piste. Entière en place et longue agonie de ce Victoriano atypique qui laissa une oreille dans les mains de Ponce.

Paco Ureña nous gratifia de quelques bonnes véroniques avant de faire piquer son premier opposant à deux reprises, la première ration de fer pompée, la seconde de moindre intensité. Pablo Aguada conclut le tiers par un quite par véroniques lointaines. Le Victoriano s’afficha bien fade par la suite, laissant tout faire à Ureña qui, privé de matière première, composa une faena ambidextre proprette mais de transmission quasi-nulle. Entière caida et vuelta pour la bonne volonté affichée.

RAS au capote face à un quinto qui s’échappa vers le picador de réserve, soulevant un peu la pièce montée avant d’être placé face au titulaire pour un picotazo. Une fois de plus, la soseria du bétail aura gâché le travail d’un Pablo Ureña plein de bonne volonté et développant une tauromachie épurée qui ne monta pas vers les gradins, faute d’une opposition digne de ce nom. Antière caida hémorragique. Salut.

RAS au capote pour Pablo Aguado qui vit son premier adversaire changé après avoir été esquinté par le picador de turno. Sortit un sobrero du même fer qui, après quelques véroniques très moyennes, poussa un peu sur le premier châtiment avant de revenir vers le uhlan pour un picotazo au milieu du dos. Suivit une faena un peu décousue où la muleta fut souvent enganchée du fait des nombreux derrotes du bicho. Peut-être que les doblones tardifs proposés avant l’estocade auraient été plus judicieux en début de faena pour régler le problème. Demi-lame tendida au troisième assaut, poignée de descabellos. Silence.

Le sixième était du même tonneau. Après quelques véroniques et deux rations de fer, il ne permit guère plus au garçon qui composa une faena correcte avec des muletazos plus propres mais sans plus de transmission. Demi-lame delantera et latérale après pinchazo, deux descabellos. Silence.

Une terna qu’on aurait aimé voir dans d’autres conditions. Otra vez sera !

Reseña et photos : Paco.

https://youtu.be/I3GQpOFiySs

Voir aussi sur corrida.tv : http://www.corrida.tv/rubriques/actualites/index.asp?id=3712