Arles. 8 septembre (tarde). Trois oreilles pour Pepe Moral.

Changement de décor, changement d’ambiance pour cette corrida du dimanche où les toros de Palha revenaient sur le sable arlésien après des lustres d’absence.

Une entrée relativement conséquente (environ une demi-plaza), conséquente lorsqu’on sait que les courses dites toristas n’assurent jamais une grosse fréquentation, qui plus est le jour où la feria boucle son cycle. Pour combattre ces bichos portugais au trapio conséquent, trois toreros expérimentés, Domingo Lopez Chaves, Octavio Chacon et Pepe Moral.

Domingo Lopez Chaves, dernier entrant du cartel, ouvrit la tarde par la lidia d’un premier toro à la charge pas très franche qui prit deux rations de fer après les véroniques d’ouverture, puis qui se laissa faire sur la corne droite, s’avérant plus compliqué sur le bord opposé. Le diestro de Ledesma lui proposa une faena de correcte facture, et donc essentiellement droitière, qu’il parapha d’une entière en place complétée par un descabello. Vuelta.

Le quatrième désarma le garçon sur la quatrième véronique avant de lever le cheval puis de le pousser jusqu’aux planches lors d’une longue pique positionnée un peu en arrière. La seconde rencontre fut de moindre intensité. Second tiers mouvementé avec la cogida de Jesus Talavan qui fut blessé à la cuisse gauche lors de sa seconde pose de bâtonnets (il fut soigné à l’infirmerie avant d’être transféré à l’hôpital de Nîmes. Son état n’inspire aucune inquiétude). Face à ce mauvais coucheur qui cherchait l’homme derrière le leurre, le salmantino se montra volontaire, volant souvent à l’unité à l’animal de méritoires muletazos sur les deux bords avant de l’occire d’une lame contraire atravesada nécessitant l’usage du descabello. Salut.

Face au deuxième, Octavio Chacon fut hésitant lors de la réception au capote, faisant ensuite châtier assez durement son opposant à trois reprises, la troisième en venant du centre au galop. Un peu (trop) théâtral dans son attitude, prudent lors de ses approches, le gaditano signa quelques séries droitières de correcte facture, l’essai à gauche s’avérant ensuite peu concluant. Trois-quart habile pour conclure. Salut.

RAS au capote face au quinto qui déséquilibra par trois fois le picador lors de l’impact dans le peto, le uhlan se vengeant lors d’une dure ration de fer lors de la dernière rencontre (sifflets à sa sortie). Après quatre correctes séries droitières et une à l’identique sur le bord opposé, le Palha se dégonfla et partit vers les tablas, une querencia où Chacon parvint à lui voler les derniers muletazos lors d’une trop longue séquence. Entière caida pour en finir. Silence.

On sentit Pepe Moral très décidé lors de la réception du troisième qui mit les reins lors d’une première pique, puis vint de loin sur les deux suivantes. Quite du titulaire entre les deux dernières par chicuelinas et larga cordobesa. Brindée au public, la première faena ambidextre du sévillan fut de bonne note et justifia l’oreille accordée après une lame en place portée au second assaut.

Après des véroniques volontaires, le sixième prit trois rations de fer en partant de plus en plus loin, traversant quasiment toute la longue de l’ovale lors de la dernière rencontre (picador applaudi à sa sortie). Brindée à Juan Bautista, la dernière faena de cette Feria du Riz débuta par jolies doblones genou ployé avant de s’étoffer sur quelques séries droitières où le garçon ouvrit le compas et courut la main. Bon trasteo de Pepe Moral qui alterna ensuite les deux mains, concluant sa prestation par une bonne lame contraire.

Deux mouchoirs pour le torero et un bleu pour « Formoso« , et vuelta fêtée en compagnie du ganadero et du mayoral, les deux derniers cités (à mon avis) de façon un peu excessive (un salut aurait été plus adapté).

Sortie a hombros pour Pepe Moral qui semble avoir retrouvé un moral souvent défaillant cette saison.

Notes.

  • Une minute de silence fut observée à l’issue du paseillo en mémoire de Françoise Yonnet et des aficionados récemment disparus.
  • Avant que ne débutent les hostilités, Victor Mendes et Joao Folque de Mendoça (ganadero de Palha) reçurent un trophée, une remise de prix immédiatement suivie de l’hymne portugais.
  • Le prix au meilleur picador fut attribué à Francisco Romero Gonzalez pour sa prestation face au sixième toro.

Reseña et photos : Paco.