Retour sur le Bolsin de Nîmes Métropole.

Ce week-end se déroulait le Bolsin Taurin de Nîmes Métropole, une épreuve en deux étapes qui débutait le samedi 24 à Clarensac par une tienta de qualification et s’achevait le lendemain à Saint-Gilles par une finale prenant la forme d’une novillada sans picadors.

Le samedi, face à six vaches de François André et Alain Tardieu, 12 apprentis étaient en lice pour une place en finale :

  • Fabien Castellani, école taurine du Pays d’Arles.
  • Loup Cousteil «Miguelin», école taurine du Pays d’Arles.
  • José Espinosa «El José», école taurine Rhône Afición (Fourques).
  • Nabil Essaouari Martinez « El Moro », de Pamplona.
  • José Luis Gomez, école taurine d’Algeciras.
  • Clément Hargous, Centre Français de Tauromachie (Nîmes).
  • Javier Illanguas Sanchez, de Sevilla.
  • Lenny Martin, école taurine Béziers Méditerranée.
  • Alejandro Martinez Duarte, de Los Barrios (Cadiz).
  • Cristian Perez Alfaro, Centre de Tauromachie de Nîmes-Catalogne.
  • Raphaël Ponce de León, Centre Français de Tauromachie (Nîmes).
  • Lucas Teulade «Lucas Miñana», école taurine Béziers Méditerranée.

A l’issue de la tienta se sont détachés Javier Illangas (Séville), Lenny Martin (Béziers), Alejandro Martínez (Los Barrios) et Raphaël Ponce de León (CFT). Photo : Jean-Luc Jouet.

Le lendemain matin, les aspirants en costume de lumières se sont mesurés avec plus ou moins de bonheur (souvent moins car un peu trop verts encore) à des erales de Pagès-Mailhan, Málaga, François André, Alain Tardieu, Luc et Marc Jalabert, Juliette Fano, La Paluna, Taurelle et Fils.

Les résultats sont les suivants : 

  • Lenny Martin (Béziers) : silence (Malaga) et silence (Tardieu).
  • Rafael Ponce de Leon (CFT) : salut (François André) et silence après trois avis (Taurelle).
  • Alejandro Martinez (Los Barrios) : silence (Pagès-Mailhan) et oreille (La Paluna).
  • Javier Illanguas : salut (Jalabert) et silence (Fano).

C’est logiquement qu’Alejandro Martinez, le seul à avoir coupé un pavillon (généreux), qui a été déclaré vainqueur de l’épreuve. Il a reçu un capote, et ses trois collègues une muleta. Les organisateurs devront s’attacher, lors de la prochaine édition, à présenter des jeunes gens mieux préparés. Il en va de la crédibilité de l’épreuve.

Photo ci-dessus et reseña ci-dessous : Pierrick Charmasson.

Lenny Martin ouvrait les débats face à un Malaga bien roulé qui protestait dans les plis de cape du biterrois. Bon quite par faroles de Rafael Ponce de Léon. Muleta en main, Lenny va devoir composer avec un adversaire retors, juste de forces, qui cherchait les chevilles et qui domina les débats. Le jeune torero lui servit une faena majoritairement droitière composée de quelques muletazos correctement dessinés. Conclusion par deux pinchazos, atravesada puis entière.

Le Tardieu fut correctement accueilli avec la percale avant bon quite par chicuelinas de Rafael Ponce de Léon. Le jeune torero de Béziers débuta bien, par le haut en gagnant le centre. Bon début de faena droitier, soignant le geste et la posture bien qu’en toréant de loin… Bon eral, noble et alègre dans ses charges. La deuxième partie de faena fut plus inégale, le torero perdant peu à peu le fil de son travail. Maniement médiocre des aciers, deux atravesadas puis kyrielle de descabellos.

Rafael Ponce de Léon hérita en premier lieu d’un François André qui lui compliqua la tâche à la cape. Muleta en mains, le nîmois double proprement son adversaire en gagnant le centre. Faena de correcte facture, parsemée de quelques tandas de belle note, surtout sur la rive droite, la meilleure corne d’un eral noble et doux. Le nîmois un peu trop détaché par moments se fit avertir sans mal à deux reprises. Labeur propre mais manquant d’entrega pour réellement convaincre. Demi-lame, pinchazo puis entière trasera.

Le Taurelle, d’un tamaño supérieur, causa quelques soucis aux piétons dans le premier tiers. Muleta en mains, le nîmois se montra valeureux et courageux, se signalant par quelques muletazos de qualité avant que le cornu ne prenne le dessus et mette en échec le jeune torero qui sécha avec la ferraille en quatre épées inefficaces, puis une ribambelle de descabellos infructueux. Les trois avis sonnés, l’eral dut être puntillé en piste.

Alejandro Duarte réceptionna correctement le Pagès-Mailhan par bon capoteo conclu par deux belles demi-véroniques. Dans le dernier tiers, le natif de Cadiz mit un certain temps à se mettre en confiance et à s’entendre avec un eral noble et au bon fond. En trois séries droitières, l’andalou signa quelques muletazos de valeur avant de traîner au moment de conclure. 3/4 de lame en arrière, devant user du descabello par la suite.

Belle réception capotera devant le joli pensionnaire de La Paluna qui mit bien la tête dans la percale. Quite par zapopinas de Javier Illanguas. Bon début au centre de rodillas suivi d’un trasteo brouillon, en mode vroum-vroum, manquant d’application et de douceur. L’andalou abrégea son labeur rapidement face à la difficulté. Mauvaise épée très en arrière qui fit rouler un bon eral de la famille Fare, noble, qui méritait à mon sens meilleur sort. Oreille de bienvenue, très généreuse.

Javier Illanguas salua correctement le Jalabert avant quite de Lenny Martin. Dans le dernier tiers le sevillan domina globalement son sujet, toréant proprement un bon élément du Mas de la Chassagne. La faena culmina sur la rive droite à base de muletazos au joli tracé. Hélas la conclusion médiocre par deux pinchazos puis 3/4 de lame le priva d’un possible trophée.

L’ultime de Fano, fut lidié por fuera avant quite sans grand style. Faena laborieuse face à un opposant dépourvu de forces. Mort en trois temps.

Notes.

  • Le cinquième, porteur du fer de Taurelle, fut puntillé en piste après les trois avis.
  • Juliette Fano nous a fait part de la réponse tardive des organisateurs pour confirmation de sa participation au bolsin, d’où la présence d’un eral pas préparé qui s’est avéré faible. Dont acte.