Béziers. 18 août (matin). Triomphe de Carlos Olsina et novillada entretenue de Pagès-Mailhan.

Avant-dernier spectacle de la Feria d’Août de Béziers avec des utreros de Pagès-Mailhan qui ont donné du jeu et permis aux trois novilleros de s’exprimer.

Carlos Olsina triomphe en coupant trois oreilles grâce à un toreo posé et efficace. Le garçon semble en progrès constants, appliquant un toreo posé, réfléchi et bien construit. Si Charles était un peu passé à côté d’un bon novillo à Istres, il n’a pas reproduit la même erreur sur ses terres et a su saisir l’occasion de briller face à deux novillos de bonnes dispositions auxquels il coupe trois oreilles méritées, s’adjugeant au passale le Tastevin d’Argent mis en compétition. Enhorabuena !

Le premier utrero fut un peu long à se fixer dans l’étoffe, un comportement que l’on retrouva chez ses frères du jour. Tous se décomposèrent à des degrés divers au final et lorgnèrent vers les tablas, la longueur de certaines faenas n’y étant pas étrangère également. Quelques véroniques, certaines genou fléchi, précédèrent deux rations de fer d’intensité décroissante. Débutée de rodillas au centre par une passe cambiada, la faena s’étoffa par quelques derechazos avant une petite voltereta sans conséquences, le bicho passant la corne sous le genou du jeune biterrois pour l’expédier dans les airs.  La suite fut de bon son sur les deux bords, le Pagès-Mailhan affichant une belle noblesse et permettant à Charles de jolis enchainements. Final par bernadinas avant entière caidita concluante. Deux oreilles.

Quelques bonnes véroniques, certaines genou joliment fléchi, saluèrent la venue du quatrième. Suivirent deux rencontres mesurées avec la cavalerie avant une seconde faena ambidextre, débutée de rodillas, où Carlos dut s’appliquer à garder dans sa muleta un bicho qui cherchait l’abri des tablas. De bonnes séries sur les deux mains malgré le comportement défensif d’un utrero qui jouait du couvre-chef dès qu’on le sortait de sa querencia. C’est donc là que Charles dut lui voler les derniers muletazos avant de l’occire d’une lame caidita vite concluante. Une oreille vint récompenser son méritoire labeur.

Diego San Roman eut à faire face lui aussi à un novillo abanto de salida qu’il finit par fixer par quelques bonnes véroniques et demies. Après deux piques sans histoires, il brinda à Tomas Cerqueira une première faena inégale, débutée par doblones un genou à terre, et qui fut un peu contrariée par des derrotes en fin de passe. Le garçon parvint par moments à lier ses muletazos en terrain réduit avant de se lancer dans un final encimista, l’ensemble résultant un peu long et finissant par décomposer le cornu. Entière un peu latérale au troisième assaut. Salut.

La réception du quinto se fit par véroniques de qualité décroissante avant deux rations de fer prises en poussant un peu, la seconde plus light. Au quite par zapopinas de Rafi , le jeune mexicain répondit par quelques gaoneras et une brionesa avant de se lancer dans une seconde faena, débutée par derechazos de rodillas, et contrariée par le comportement d’un utrero qui partait vers les tablas. Première partie volontaire mais inégale avant des derechazos brouillons près des planches. Conclusion par entière delantera et caida qui n’empêcha pas l’octroi d’une oreille (généreuse vu le point d’impact de la rapière).

El Rafi aurait pu, comme Charles, voir s’ouvrir la Grande Porte, mais l’épée lui en barra le chemin. Face au bon troisième, il dessina quelques véroniques et demie de bon niveau, confiant ensuite son adversaire aux bons soins de Mathias Forestier pour deux rations de fer bien administrées. Débutée par statuaires et passe cambiada opportune, la première faena du nîmois connut de bonnes séquences ambidextres, Raphaël toréant avec temple et courant bien la main. Après les luquecinas finales, il tenta une mise à mort a recibir, mais hélas pour lui il pincha au premier assaut et laissa une lame contraire atravesada perçante au second. Vuelta posthume pour le novillo et même tarif pour le garçon.

Après quelques véroniques, puis deux piques (traseras la 2°), Marco Leal signa deux belles poses de bâtonnets  qui auraient dû lui permettre de saluer. Il fut applaudi sans se découvrir. Muleta en mains, Rafi se lança dans sa seconde faena avec une volonté évidente de refaire le chemin perdu. Mais s’il fut dominateur, il fut aussi un peu électrique dans son toreo qui aurait gagné à plus de douceur. Quelques séries ambidextres de correcte facture précédèrent une nouvelle tentative infructueuse de mise à mort a recibir. C’est d’une demi-lame delantera et très latérale qu’il mit fin à sa seconde prestation. Silence.

Carlos Olsina, logique triomphateur de cette matinale, reçut le Tastevin d’Argent de l’Union Taurine Biterroise pour la seconde fois (1ère en 2017). Il quitta ensuite les arènes du Plateau de Valras a hombros au côté de Pierre Mailhan.

Reseña et photos : Paco.
Vidéo : feria TV.