Dax. 16 août (matin). Nino Julian, deux oreilles, qualifié pour la finale.

Extraordinaire et passionnante novillada sans picadors en cette matinée du 16 août, dans les arènes de Dax.

Les trois premiers erales de Miranda de Pericalvo furent parfaits, un peu plus compliqué le quatrième et distrait le dernier. Des novilleros qui ont joué le jeu et qui voulaient participer à la phase finale. Elle sera occupée le samedi 17 août par Cristian Parejo et Nino Julian.

Uceda Vargas (bleu et or), de Camas, ouvrait le concours. Bon capeador, il nous offrit une belle série de véroniques. Par la suite il allait prendre sa muleta et la laisser traîner sur le sable. Une faena agréable, mais le garçon dominait-il vraiment son sujet dans une composition souvent répétitive ? Il termina d’une entière et fut récompensé d’une vuelta.

Cristian Parejo (bleu marine foncé et or), de Chiclana de la Frontera et Béziers, ne s’imposa pas véritablement à la cape où il fut désarmé dans des quites. Il commença sa faena, brindée à Octavio Chacon, présent dans le callejon, par quelques passes changées dans le dos avant de se lancer dans un festival de muletazos sur la main droite. Il apparut mal à l’aise à gauche où il n’insista pas. Sa mise à mort lui permit de sauver sa sortie. Une entière d’effet rapide et une oreille.

Pablo Jaramillo (rose pâle et or) suivait par une tercio de cape acceptable. Mais avec les banderilles, ce fut une déroute. Renversé deux fois, vint le temps d’un quiebro où sautant sur la barrière qu’il ne put franchir, il fut poussé sur trente mètres par le novillo. Toute nouvelle tentative se solda par un accrochage. A la muleta, à droite il fut plutôt intéressant, tout comme dans quelques séries à gauche… Mais il termina en étant tristement monotone. Il tua d’une entière, écopa d’un avis, et salua.

Tristan Espigue (bleu marine et or), agréable à la cape dans une belle série de véroniques, banderilla avec un superbe quiebro final. Il brinde son toro à Sébastien Castella puis ouvre les hostilités sur la main droite où il fait fuser les passes dans toutes les situations. A gauche, il ne sera guère à l’aise. On appréciera sa volonté de vouloir explorer la corne gauche, mais il finira par cafouiller. Il a été un peu brouillon, et c’est dommage, car ce garçon recèle d’énormes qualités. Il terminera d’un pinchazo et d’une entière a recibir, se voyant ainsi octroyer une oreille.

Nino Julian (blanc et argent) avait la responsabilité de terminer la course. On le retrouva aux banderilles avec une certaine aisance. A la muleta il joua la carte du classicisme avant qu’il ne découvre qu’il pouvait se faire plaisir avec sa main gauche… et ce fut un agréable festival. Il termine d’un trois-quarts de lame efficace qui lui vaut de couper deux oreilles et de se qualifier pour la finale du concours de Dax.

Reseña et photos : Jean-Michel Dussol.
Diaporama : Jean-Pierre Souchon.