Communiqué de la Peña Carlos Olsina.

L’année s’annonçait déjà belle et avait débuté sous les meilleurs hospices.

Deux sorties en France pleines de promesses au mois de juin où Charles avait pu faire valoir ses qualités et les progrès réalisés pendant l’intersaison.

Comme tout ceux qui l’ont vu l’ont remarqué, son travail hivernal sous la houlette avisée de son apoderado Manuel Espinosa et l’oeil protecteur de Manuel Escribano, lui a donné de la profondeur dans son toreo, plus d’aguante aussi. Une saison sérieuse démarrait avec Béziers, Saint-Gilles, Carcassonne, puis tous les pueblos de verdad autour de Madrid et Séville en septembre, régions où Charles a triomphé l’an dernier et où l’aficion espagnole vient détecter les futurs grands.

Ses triomphes de la temporada passée et ses prestations en Arles et Istres ne sont pas passés inaperçus, puisqu’en début de semaine dernière, la nouvelle tombait : Carlos est au cartel madrilène du 11 août.

Cette annonce ne doit rien au hasard car elle vient confirmer qu’il est de manière certaine l’un des espoirs les plus prometteurs de sa génération et que la qualité et l’importance du travail de son apoderado ne sont plus à démontrer.

Face aux novillos de La Guadamilla, Carlos va vivre un des moments les plus forts de sa jeune carrière. Ses adversaires, comme tout ce qui touche à Madrid, forcent le respect. Ils sont issus d’une ganaderia d’Avila, créée en 1903, présentée en 1920 et d’encaste Juan Pedro Domecq.

Faire le paseillo à Madrid à l’orée d’un avenir plein de promesses n’est pas une chose anodine, tout autant que d’avoir fait celui de Séville en non piquée il y a quelques années. Il y a peu de hasards finalement. Ce n’est aucunement une fin en soi ou un aboutissement, mais plutôt un tremplin formidable qui s’inscrit dans le parcours consciencieux qu’il trace patiemment jours après jours.

Il tient là une opportunité de pouvoir exprimer tout ce qu’il a en lui, sans pression particulière, car son travail et son talent l’ont préparé à ce genre de rendez-vous. L’expérience venant, il canalise mieux sa fougue, pose son toreo, affirme son poder et conserve sa lucidité dans les moments difficiles.

Béziers devait être son rendez-vous le plus important du mois d’août avant Saint-Gilles et les Miuras de Carcassonne. Madrid vient à point nommé quelques jours avant changer la hiérarchie, comme pour signifier l’importance et la qualité de sa temporada.

Trois novilleros français étaient aux cartels Espagnols en même temps il y a quelques jours. Le fait était suffisamment remarquable pour être souligné. Deux novilleros seront à Madrid au mois d’août et il y a de quoi se réjouir d’une telle abondance.
Charles aura à cœur de marquer Madrid et Béziers de son empreinte, et d’affirmer qu’il faudra compter avec lui dans les semaines à venir.

Il sait que beaucoup d’entre vous sont attentifs à sa carrière. Toutes les marques d’encouragements, de sympathie et d’affection qu’il reçoit de vous tous directement ou par l’intermédiaire de sa peña, le soutiennent et sont pour lui une source de motivation supplémentaire. Soyez-en tous remerciés. Alors le dimanche 11 août à 19h00, poussons tous derrière lui afin que son rêve devienne réalité et que cette réalité nous fasse rêver.

Pierre Marti.

Communiqué Pena Carlos Olsina  (pena.carlosolsina@gmail.com)