Lunel. 21 juillet. Une oreille pour Léa Vicens.

Suite du compte-rendu de la corrida mixte du 21 juillet dernier avec la prestation de Léa Vicens détaillée par Freddy Porte.

Que de souvenirs sont encore dans ces murs ! Même neufs, ils gardent en mémoire l’histoire de la Tauromachie Française. Pour preuve, dans les coursives, les vitrines où savamment ont été disposés les témoignages papier de nos présences. 40 ans se sont écoulés…

Léa Vicens était opposée à deux exemplaires de Fermin Bohorquez de bonne présentation donnant un jeu intéressant. Pesant respectivement 510 et 530 kg, et portant les n° 48 et 123, ils sortirent en première et quatrième positions.

Bach reçut le premier bicho pour un seul castigo. Après avoir brindé à Jacky Siméon, c’est avec Diluvio que la nîmoise débuta sa faena, positionnant sa monture hanches en dedans avant de poser une, puis deux, puis une troisième banderille de face de bonne qualité.

Bazuka, le cordero, lui en permit trois de plus, de bonne facture, citées au piaffer et à la jambette.

Avec Greco ce sont deux roses qui fleurirent l’animal, Greco laissant ensuite la place à Espontanéo pour en finir d’une entière trasera précédée d’un pinchazo. Vuelta très applaudie.

C’est Guitarra qui entra en lice pour recevoir son second opposant et lui poser deux castigos, le second étant le mieux placé.

Chevauchant Gacela c’est deux banderilles abordées de face que Léa cloua à selle passée après un écart un peu loin.

Pour notre plus grand plaisir, Diluvio revint en piste. Ce noir arabisé est en passe de devenir une véritable star. Les expressions toreras de ce dernier et son aguante touchent le public averti. Il fut le complice de trois bâtons de qualité, de face et cloués à étrier.

Il céda la place à Deseado qui, comme toujours, captive l’assistance avec son répertoire d’airs relevés : levade, terre à terre…..citant également au piaffer avant de laisser deux roses sur le dos de la masse noire.

Espontanéo vint pour conclure : une demi-lame trasera suivie de trois descabellos. Une oreille et vuelta chaleureusement applaudie.

En résumé deux belles prestations tout en douceur et élégance avec le souci de protéger ses montures des cornes. 

Reseña : Freddy Porte.
Deux diaporamas du haut : photos Patrick Colléoni « Paco ».
Diaporama ci-dessous : photos Martine Clément.