Orthez. Journée taurine du 28 juillet.

Après l’avoir dévoilé au public local lors d’une présentation à la mairie d’Orthez, la Commission Taurine a le plaisir de vous présenter un avant-goût de sa journée taurine 2019 au travers des films réalisés par Yves Pétriat.

C’est une nouvelle fois le choix de l’originalité avec la présentation de 2 élevages illustres de l’histoire taurine espagnole. Soucieux d’assurer une présentation exemplaire du bétail, les organisateurs proposent un dimanche taurin d’esprit « torista » avec des « toros » qui en imposent de par l’estampe et, souhaitons-le, le comportement. Espérons une journée animée sur le sable du Pesqué avec des taureaux réputés de tempérament.

Prieto de la Cal

La ganaderia Prieto de la Cal est unique par l’origine du bétail puisqu’elle est l’une des dernières, si ce n’est l’ultime, à posséder le  toro de Veragua, de caste Vasqueña, reconnaissable à sa robe rare, jabonera (ton clair couleur sable) typique de cet élevage andalou, proche de Huelva. Son éleveur francophile, Tomas Prieto de la Cal, a privilégié la France, et Orthez en priorité, pour célébrer une ancienneté centenaire (ces toros furent de ganaderia royale au XIXe siècle). C’est un lot de toros de 4 ans de présentation irréprochable qui devrait contenter les néophytes et les nombreux aficionados de cet élevage mythique. Les dernières sorties dans les plazas ont été encourageantes et remarquées. Acceptons l’augure d’une continuité dans cette impression.

Pablo Mayoral

 

La ganaderia de Toros de Pablo Mayoral avec sa souche dominante Santa Coloma sera à l’honneur. Majoritairement de pelage cardeño (et ses nuances de gris), les novillos choisis s’annoncent sérieux de par la présentation. Cet élevage situé sur la commune de Serrejon, proche de Cáceres, à l’ouest de la province d’Estrémadure s’est fait rare sur nos sols taurins ces dernières années. En Espagne, les dernières sorties ont pourtant été jugées positives. Pour les affronter, les novilleros seront nécessairement des hommes d’expérience.

Les acteurs du matin

Cristobal Reyes.

Né le 25 Septembre 1997 à Jerez de la Frontera (Cadix). Temporada 2018 : 11 novilladas pour 7 oreilles.

Les « novillos » de Pablo Mayoral s’annonçant de poids et de respect, il semblait logique de leur adjoindre des novilleros à l’expérience déjà acquise, tel Cristóbal Reyes. Cet andalou de 21 ans, issu de l’Ecole Taurine en sa ville natale, a débuté en novillada non piquée en 2014.
2 ans après, à l’échelon supérieur, celui de la « course piquée », sa vaillance est remarquée des 2 côtés des Pyrénées, face à des novillos souvent « rudes».
Ce novillero, capable de s’exprimer devant tous types d’adversaires, est déjà reconnu pur sa volonté exemplaire et son toreo de plus en plus confirmé.

Manuel Diosleguarde.

Né le 6 mai 1999 à Diosleguarde (Salamanque). Temporada 2018 : 11 novilladas pour 24 oreilles.

C’est l’espoir du Campo Charro (Salamanque). Il porte le nom de son village natal. D’une formation à l’Ecole Taurine de la capitale régionale, il s’habille de lumière pour le première fois à Ledesma en 2016. Passé en novillada piquée en juin 2018, il est déjà un des jeunes toreros les plus en vue cette saison, souvent dans notre région, vainqueur de concours d’aspirants et de novilladas en 2018 (Ciudad Rodrigo, Mt de Marsan, Bayonne, Vic). Il est triomphateur à Gijón, Tordesillas, remarqué à Saragosse et Arnedo. D’une essence classique, excellent à la cape, il peut se muer en combattant face à des bétails difficiles, car sa variété technique lui permet de rapidement s’adapter…à tout juste 20 ans.