Céret. 14 juillet (matin). Puerta Grande pour Maxime Solera.

Deuxième spectacle de Céret de Toros avec une novillada de Monteviejo de belle présentation et qui ont donné des jeux inégaux, certains manquant un peu de race et quelquefois de forces (6°).

Le troisième utrero fut remplacé par un Urcola (propriété de Victorino Martin comme les Monteviejo), le titulaire s’étant cassé une corne contre un burladero.

Juan Carlos Carballo accueillit son premier par quelques correctes véroniques avant de le présenter par trois fois face à la cavalerie pour deux rations de fer, la première prise en poussant un peu. Aquilino Giron vint s’échauffer lors d’un quite par deux véroniques et demie. La première faena du novillero cacereño fut essentiellement gauchère, le bicho ayant tendance à se serrer sur l’homme sur le bord opposé. Face à ce Monteviejo au parcours limité, le garçon ne s’engagea guère et l’ensemble resta dans les tons médiocres. Trois-quart delantera et contraire après deux pinchazos. Silence.

Le quatrième, reçu à l’identique, fut (mal) piqué à trois reprises avant d’être convié à une seconde faena majoritairement droitière (brindée à Victorino Martin) de peu de transmission, l’animal s’avérant soso dans une étoffe maniée sans grand temple. Entière caidita après pinchazo sans s’engager. Palmas.

Aquilino Giron fut débordé d’entrée par le deuxième qui l’enferma dans les planches. Après trois rations de fer, la dernière latérale, le garçon s’engagea dans une première faena où très vite le Monteviejo prit le dessus, accrochant le granadino sans dommages. A partir de ce moment, les cornes se firent chercheuses en permanence et les charges incertaines, obligeant le novillero à mettre fin à la confrontation. Entière caidita. Salut.

RAS au capote face au quinto qui prit une première ration de fer trasera, puis deux autres d’intensité décroissante correctement placées. Palmas pour Tito Sandoval à sa sortie. Muleta en mains, le garçon recula d’entrée et le Monteviejo en profita pour lui manger le terrain, finissant par le prendre. Après sa voltereta, Aquilino Giron resta en piste pour achever son trasteo. Conclusion en trois assauts pour une laisser entière contraire. Silence après des longueurs à la puntilla et passage par l’infirmerie.

Maxime Solera fut le plus décidé et le plus vaillant de cette course matinale. Ainsi il accueillit son premier opposant par une larga cambiada de rodillas a porta gayola  où il fut pris de plein fouet, heureusement sans mal, avant que son adversaire se casse la corne sur un burladero et soit remplacé par un sobrero de Urcola. Le fosséen revint face au toril pur une seconde réception a porta gayola où cette fois il se jeta de côté pour éviter de renouveler l’expérience précédente. Suivirent quelques véroniques où le cornu ne se fixa pas dans l’étoffe. Trois rencontres avec le uhlan pour deux rations de fer de peu d’intensité puis un bon second tiers qui se termina par le salut des banderilleros. Muleta en mains, Maxime mit à profit les bonnes charges d’un noble Urcola qu’il commença à mettre à sa main en baissant la muleta. Faena ambidextre de bonne construction à base de longs muletazos dessinés en courant bien la main, peut-être l’une des meilleures que je lui aie vue dessiner.

L’estocade de Maxime Solera en détail (et comme je suis un mauvais photographe qui n’a pas anticipé le cadrage, il manque le haut de certaines photos)

Final par une estocade portée a cuerpo limpio (sans la muleta), Maxime roulant sur l’échine du novillo pour finalement atterrir sur ses pieds. Spectaculaire et efficace bien que nécessitant l’usage du descabello. Deux oreilles pour le garçon et arrastre applaudi.

Le dernier Monteviejo, comme ses frères, rémata fort dans les planches, mais sans dommage au niveau des armures.Après quelques véroniques et deux rations de fer, trasera la seconde mais les deux de raisonnable intensité, nouveau salut des banderilleros pour un second tiers rondement mené. Brindée au public, la seconde faena de Maxime fut de moindre portée du fait d’un adversaire affichant moins de présence. Trasteo ambidextre de bonne facture dont les meilleures séquences furent droitières, puis une lame portée a recibir en décomposant les temps complétée par une paire de descabellos qui limitèrent la récompense à une vuelta fêtée.

Belle prestation de Maxime qui a conquis Céret et qui a pu profiter en toute légitimité d’une sortie par la Puerta Grande. Enhorabuena !

Reseña et Photos : Paco.
Vidéos : feria TV et Toros en el Mundo.