La Brède. 22 juin (tarde). Triomphe de Juan Leal et oreille pour Daniel Luque.

Soleil et température agréable, arènes avec quelques vides, deux heures trente de spectacle.

Six toros de Fuente Ymbro, bien présentés, lourds mais mobiles, par contre armés modestement. Tous une pique, à l’exception du deuxième et dernier, deux châtiments. Tous toréables, à la muleta, même si souvent ils furent compliqués.

  • Daniel Luque (bleu marine et or), au premier, une entière et trois descabellos, salut ; au quatrième, un pinchazo, un quart de lame, une oreille.
  • Juan Leal (bleu roi et or), au deuxième, une entière et un descabello, une oreille ; au cinquième, un pinchazo et deux entières, une oreille.
  • Juan Ortega (bordeaux et or), au troisième, deux pinchazos et une entière, silence ; au dernier, un pinchazo et un quart de lame, une oreille.

Apostille. El Monteño, de la cuadrilla de Juan Ortega, a salué au dernier toro. Ricardo Gallardo, le propriétaire de Fuente Ymbro, est venu en piste saluer Juan Leal.

Samedi, Daniel Luque a regardé Juan Leal, qui reprenait l’épée après sa grave blessure de Madrid, sortir en triomphe des arènes de La Brède (33). Une corrida intéressante avec des Fuente Ymbro lourds, mais demeurant mobilles. Même si les cornes n’avaient rien d’épouvantables, une belle après-midi de toro.

Daniel Luque accueillait par de grandes et belles véroniques son premier opposant applaudi par les aficionados. Un brindis au public, puis il cherche un moment la distance qu’il ne trouvera finalement qu’à gauche lors d’une excellente série, ponctuée de quelques trincheras majestueuses. Le début est un peu le même avec son second toro, mais il ouvre la faena par une série de passes de châtiment, parfaite et efficace. Sur la gauche, il nous offrira un inoubliable moment. Puis soudainement, il jette l’épée, fait taire la musique et part dans un récital de la main droite à couper le souffle.

Juan Leal, très maître de lui dans le tercio de cape qu’il termine sur une afarolada, livre sa première série de muleta à genoux au centre de la piste. C’est à cet endroit qu’il viendra conclure, fabuleux à gauche, puis passant avec naturel d’une main à l’autre. C’était pourtant une corrida de reprise, mais l’arlésien donnait l’impression de ne s’être jamais arrêté. Cinq véroniques magistrales avec son deuxième Fuente Ymbro et se positionnant une nouvelle fois au centre, c’est sur la main gauche qu’il va conquérir son second trophée. Il respire un instant sur la main droite et finit par s’imposer sans la moindre constestation. Un excellent Juan Leal qui est fin prêt pour une nouvelle conquête.

Juan Ortega aura quelques difficultés pour s’imposer lors de sa première sortie et ne retrouvera qu’un peu de domination en fin d’exercice. Une voltereta n’arrangera  rien. Il se montrera un peu plus efficace pour conclure la course, et signe de grandes séries de muletazos. Juan Ortega a de belles qualités mais manque manifestement de pratique.

Reseña et photos : Jean-Michel Dussol.