Nîmes. 9 juin (matin). Paco Ureña ouvre la Porte des Consuls, Pablo Aguado celle des cuadrillas.

Paco Ureña a été le grand triomphateur de la corrida du dimanche matin à Nîmes, au cours de laquelle il a lidié des Victoriano del Rio, inégaux dans leurs combats.

Le torero de Lorca a ajouté trois oreilles. Elles lui ont donné la clé de la porte des Consuls pour effectuer une sortie triomphante. L’autre lauréat de la corrida, Pablo Aguado, qui a confirmé l’alternative, a coupé deux oreilles au sixième toro. Important triomphe mais insuffisant pour accompagner Ureña. Diego Urdiales devant deux toros broncos offrant peu de solution, le diestro d’Arnedo n’avait pratiquement aucune option pour sortir avec les honneurs.

4ème de Feria avec des toros de Victoriano del Rio pour Paco Ureña,  Diego Urdiales et  Pablo Aguado.  

Devant son premier adversaire, Ureña construit une faena très cohérente face un toro noble et difficile avec lequel il sut adapter son toréo. De son engagement allant a más ressortirent de belles séries de redondo. Il tue d’une estocade entière après un pinchazo. Face au cinquième qui freinait dans la cape, le maestro de Lorca débute sa faena par des statuaires. Il choisit l’option de la délicatesse et de la précision, petit à petit le diestro murciano avec méthode imposa son toréo, accomplissant une faena qui ira de menos a más avec en conclusion une série de naturelles remarquables avant d’occire le cornu d’une estocade entière.

Diego Urdiales a contrario avec le second toro, le plus compliqué du lot, difficile à fixer, bravito aux piques l’homme natif de la Rioja s’oblige à toréer à l’ancienne comme cela se produisait il y a bien longtemps. Le public souhaitait mieux ! Diego réalise tout de même l’impossible face à la dangerosité d’un toro qui ne sert pas. Avec l’épée, un pinchazo et une entière viendront en conclusion. Avec le quatrième, il effectue une jolie serie de capotazos mains basses. Dans le troisème tercio, Urdiales connait des problèmes pour trouver le bon sitio. Il s’évertue malgré tout à essayer de faire baisser la tête haute du cornu. Vaillant au possible, le torero fait preuve d’une certaine habileté pour éviter les nombreux hachazos. Avec l’espada, il tue son adversaire d’une entière et deux descabellos.

L’autre triomphateur de cette corrida, le sévillan Pablo Aguado, dessine un joli quite par chicuelinas au toro de sa confirmation, un animal noble, qui sous certains aspects dans sa façon de charger, n’était pas très clair. Petit à petit le torero distille avec la muleta, des séries templées des deux côtés sans arriver à rendre sa faena consistante. Un pinchazo et une estocada entière pour finir.  Le meilleur viendra avec le sixième toro. Des véroniques allurées agrémentent l’entame du dernier tercio. Muleta en mains, inspiré, il construit une grande faena empreinte de douceur et de domination. Dispensant un toréo templé sur les deux pitones, il envoie le Victoriano del Rio ad patres d’une superbe entière. 

Fiche Technique.

Temps : nuageux avec une légère brise. Entrée : 6000 spectateurs. Durée : 2h35

Poids des toros : 537 – 523 – 535 – 541 – 525 – 530 kilos.

  • Diego Urdiales (noir / or), silence à ses deux toros.
  • Paco Ureña (gris perle / or), oreille et 2 oreilles.
  • Pablo Aguado (crème/or), applaudissements, aviso et deux oreilles.

Reseña : Christian Cartoux.
Photos : Jean-Pierre Souchon.