Nîmes. 7 juin. Ouverture plutôt positive

La Feria Nîmoise a débuté par une grosse averse à 2 minutes du paseo refroidissant immédiatement l’amphithéâtre nîmois rempli à moitié.

De belle présentation, les toros d’El Torero n’ont pas manqué d’intérêt de par une certaine alegria, même si certains exemplaires ont baissé d’un ton en fin de faena. Une minute d’applaudissement en la mémoire de Dudule de la Cavalerie Heyral disparu récemment.

Thomas Joubert hérite en premier lieu d’un toro noble qui restera longuement collé au cheval. Il débute sa faena de muleta par doblones, le cornu ayant encore du jus. Le maestro réalise un travail plaisant, mais une demi épée et 2 descabellos lui font perdre l’oreille. Salut.

Son second prend avec envie 3 piques, renversant le groupe équestre sur le premier envoi. Après un tercio de banderilles qui a fait suer les peones, Thomas Joubert réalise un travail honnête mais manquant un peu de relief. Mort compliquée, 1 épée caida, 1 avis, et multitudes de descabellos. Silence.

Le 1e adversaire de Thomas Dufau est un joli tostado de 531 kg qui prend 2 piques sans relief après un accueil par largas de rodillas. Brindis au footballeur nîmois Renaud Ripart. Le Landais commence au centre de la piste par cambiadas. Citant de loin le noble adversaire avec la muleta en main droite, le maestro lance la musique. A gauche, il réduit un peu les distances, mais réalise de belles séries. Il en termine par redondos et une entière efficace. 1 oreille et une vuelta al ruedo généreuse pour le toro.

Le 5e va prendre 2 fortes piques. Quite de l’Arlésien Andy Younes. Après un brindis au public, Thomas Dufau tente à nouveau de dessiner une faena avec un certain allant. Il débute à genoux au centre et tire le maximum de son fade adversaire. Plus compliqué à gauche. Il multiplie les redondos, molinetes, passes del desprecio, kikirikis… Il en termine par des bernardinas et 1 entière tombée. Salut.

Le jeune Andy Younes était l’invité de dernière minute en remplacement du Juan Leal, blessé. Son 1e est reçu de façon un peu brouillonne au capote avant 2 piques ; le cheval chute au 1er assaut. Thomas Joubert réalise un quite par gaoneras. Entame à genoux à la muleta. Musique. Il développe une faena complètement à l’inverse de ses compagnons de cartel, étouffant son toro qui n’en demandait pas tant pour s’arrêter. Salut après une entière.

Le dernier de cette fraîche soirée prend 2 piques sans histoire. Comme à son habitude, l’Arlésien démarre sa faena de muleta par cambiadas au centre de la piste et tente de dessiner une faena essentiellement droitière, sans grand engagement. Pegapasse, l’exercice s’éternise par d’habituels redondos. 3 pinchazos, une demie épée et un descabello. Silence. Andy Younes, se faisant marcher sur le pied par son toro, quitte l’arène par l’infirmerie.

Un lot de toros d’El Torero qui a surpris plutôt positivement les aficionados, malgré leur origine Domecq.

Reseña : Christophe Dumond
Photos : Jean-Pierre Souchon.