Madrid. 29 mai. Oreille de poids pour Emilio de Justo.

Seconde tarde des Albaserrada avec des toros de Victorino Martin de présentation inégale mais dans le type, et donnant des jeux divers, le sixième au-dessus du lot.

Octavio Chacon tomba sur un premier adversaire pas facile qu’il sut capter dès son entrée mais dont on vit qu’il ne s’employait pas, réfléchissant, regardant le torero et se serrant sur lui. le gaditano fit face comme à son habitude, manquant d’être cogido sur un derrote du bicho. Silence après une lame un peu latérale.

Le quatrième humilia davantage mais sans vraiment s’employer lui non plus. Il mit ainsi correctement la tête dans l’étoffe en début de faena, permettant à chacon de dessiner deux ou trois bonnes séries, le passage à gauche, bien que volontaire, s’avérant moins concluant. Silence après un estoconazo foudroyant.

Daniel Luque se montra facile au capote lors de la réception du second qui fut mal piqué par la suite (piques traseras). Débutée genou fléchie, la faena connut ses meilleures séquences sur la corne droite où le Victorino chargeait avec un bon rythme, bien que raccourcissant progressivement ses charges. Le passage à gauche fit baisser la note avant retour à droite plus abouti. Salut après une lame trasera et caida.

Le quinto, bien reçu à son entrée par Luque, fut invité à débuter la faena sur sa corne droite. Le bicho y afficha du parcours sur deux muletazos, réservant sa charge au-delà et ne permettant pas au torero de lier ses passes. Pas mieux à gauche avant une demi-lame trasera nécessitant l’usage du descabello. Silence.

Le troisième fut un peu protesté pour son manque de trapio. Emilio de Justo l’accueillit par belles véroniques genou fléchi. La suite fut de moindre niveau, le Victorino s’avérant compliqué et affichant une certaine faiblesse qui lui fit perdre l’équilibre à plusieurs reprises. Réservé au dernier tiers, il ne permettait pas grand chose et le garçon, non sans avoir essayé de le toréer sur les deux bords, opta pour abréger les débats. Silence après trois entrées a matar.

Le sixième fut à la fois le mieux présenté et celui qui offrait le plus d’options. Emilio de Justo le vit dès l’entrée en matière au capote où il signa deux demies de cartel. Salut d’Angel Gomez, de Morenito d’Arles et de José Manuel Perez pour un second tiers bien mené.  Débutée sur la corne gauche, la faena ambidextre de l’extremeño fut servie à la distance juste, toute de temple et de douceur sur les deux bords. Oreille de poids malgré une estocade un peu desprendida. Ovation à l’arrastre.

Photos : Ferdinand De Marchi.