Madrid. 28 mai. Vuelta pour Fernando Robleño.

C’était hier la première des trois corridas mettant en avant l’encaste Albaserrada au travers des trois fers emblématiques qui le représentent, à savoir Victorino Martin, Adolfo Martin et José Escolar.

C’est les pupilles de José Escolar qui donnèrent le départ de ce mini-cycle avec six toros de présentation inégale et de jeux divers, une corrida qui, par sa présence, ne manqua pas d’intérêt pour l’aficionado au toro-toro.

Le premier freina d’entrée dans le capote de Fernando Robleño avant de passer par le cheval où il s’employa peu. Court de charge, gazapon, il compliqua la tâche du madrilène au dernier tiers, le vent n’arrangeant pas les choses. Silence après quelques longueurs avec les aciers.

Bien au capote lors de la réception du quatrième, Robleño signa une seconde faena de bonne facture où il sut convaincre l’animal, un peu réservé, avec le métier et l’assurance qui sont les siens. On retiendra quelques bonnes séquences ambidextres, les meilleures instrumentées sur la corne droite. Vuelta après une lame entière.

C’est a porta gayola que Gomez del Pilar salua la venue du second de la tarde, signant une larga cambiada avant de se relever pour quelques véroniques rématées par demie. L’Escolar vint ensuite de loin sur le cheval où il s’employa plus lors de la première rencontre. Malgré un vent gênant toujours présent, le garçon donna de la distance à son opposant pour quelques tandas droitières de bon son, le passage à gauche s’avérant plus difficile. Ovation après une demi-lame.

C’est à nouveau a porta gayola que Gomez del Pilar reçut le cinquième face auquel il se montra tout aussi bon avec le capote, reprenant les rênes du combat après avoir failli se faire enfermer dans les planches. Comme le second, l’animal prit deux rations de fer avec une entrega décroissante.

Ivan Aguilera « au balcon »

Compliqué au dernier tiers, il ne permit au torero que quelques passes de bonne facture sans humilier. Salut après quelques difficultés dans le maniement des aciers.

Angel Sanchez accueillit l’exigeant troisième par de bonnes véroniques malgré un bicho qui freinait un peu dans l’étoffe. Après deux grosses rations de fer, Raul Ruiz et Fernando Sanchez se firent applaudir pour un second tiers rondement mené face à la difficulté, Ivan Garcia étant également applaudi pour sa lidia efficace. Le vent persista à gêner les débats et le jeune torero dut faire avec, composant aussi avec les exigences d’un toro qui ne s’en laissait pas conter. Quelques séquences intenses où Angel Sanchez fit l’effort pour se montrer à la hauteur de la tâche avant d’en finir d’un coup de rapière efficace. Salut.

Le sixième déstabilisa un peu le garçon lors de la réception, freinant dans la cape et affichant une charge incertaine. Après deux puyazos pris avec une entrega décroissante, Fernando Sanchez fut une nouvelle fois appelé à saluer pour sa bonne performance dans la pose des harpons. Lidia compliqué au dernier tiers où le bicho se serrait sur l’homme, le faisant douter. Silence après une estocade desprendida.

Photos : Ferdinand De Marchi.