Séville. 26 mai. Une oreille pour Antonio Grande.

Novillada hier dans la Maestranza avec des novillos d’Espartaco et de Dolores Rufino (5° bis), bien présentés mais justes de race et de forces.

Le premier de la tarde dut être changé après s’être blessé lors du premier puyazo. Sortit en remplacement un sobrero du même fer aux moyens physiques très limités, situation aggravée par une chute durant la lidia. Kevin de Luis fit ce qu’il put, laissant la muleta à mi-hauteur lors d’une longue faena dont on ne retiendra qu’une paire de séries gauchères. Estocade tendida au second assaut. Vuelta.

Le quatrième ne releva pas le niveau. Peu de mobilité par manque de race et donc un trasteo de Kevin de Luis volontaire mais forcément contrarié par le manque de présence de l’animal. Nouvelle estocade en deux temps. Silence.

Antonio Grande tomba sur un premier adversaire petit et commode de tête. Bien au capote lors de la réception puis au quite, le salmantino composa ensuite une longue faena autoritaire et templée mais manquant un peu d’élégance. Vuelta après une demi-lame tendida.

Le quinto se cassa une patte et dut être puntillé. Sortit à sa place le second sobrero porteur du fer de Dolores Rufino, un utrero mobile mais un peu brusque. A nouveau bien au capote, Antonio Grande dessina ensuite une faena de la même essence que la première et qui lui permit de couper la seule oreille de la tarde après une bonne estocade.

Le premier adversaire d’El Rafi fut plus défensif qu’offensif et le novillero nîmois dut user de toute sa technique pour réaliser un travail propre faute d’être brillant. Silence après une courte ration d’acier contraire.

Le sixième manifesta un bon comportement, notamment sur la corne gauche que Rafi mit à profit pour dessiner quelques tandas de bonne facture. Mais hélas l’animal s’éteint très vite, ruinant tout espoir de briller. Vuelta après une lame trasera.

Photos : Joël Buravand.
Voir toutes les photos de Joël : PHOTOS.