Mugron. 22 avril. Bons débuts pour Yon Lamothe et Jean-Baptiste Lucq.

La Peña Taurine Mugronnaise organisait dans les arènes de Condrette sa traditionnelle journée des Pâques Taurines.

Avant le paseo, le jury, constitué de personnalités de la corrida et de la course landaise, a remis les prix du 19ème concours de nouvelles taurines.

8/10ème d’arène environ sous un ciel nuageux.

Les novillos de Baltasar Iban, de présentation hétérogène, furent compliqués dans l’ensemble, brusques et désordonnés, manquant de race, allant a menos mais ils furent également mal lidiés et pas bien exploités. Les novilleros du jour sont souvent restés prudents, et ont manqué d’autorité dans leurs muletas respectives, sans trouver de solution aux équations posées par leurs opposants. Ce qui fut décevant pour les deux maestros aguerris Francisco de Manuel et Dorian Canton aux portes de l’alternative. Paradoxalement c’est Yon Lamothe qui faisait sa présentation en novillada piquée qui tira le mieux son épingle du jeu.

Francisco de Manuel (silence après avis et silence) reçut discrètement le premier novillo qui poussa fort sa première rencontre avant d’aller à menos à la seconde. Le toro s’assomme avant le début de faena, reste groggy quelques instants avant de repartir au combat avec un fond de caste. Francisco de Manuel resta discret tandis que son adversaire commença à se défendre de plus en plus.

Le quatrième répéta fort dans la cape du torero de Colmenar Viejo. Deux piques prises avec puissance mais poussant uniquement avec la corne gauche. Le novillo continua d’être brusque et désordonné dans ses charges. La faena de De Manuel fut quant à elle sans domination ni liaison. Il échoua avec les armes lors de ses deux passages.

Dorian Canton (ovation et silence), le torero béarnais, connut une tarde difficile. Son premier opposant poussa par à-coups à la première rencontre. Dorian se fit accrocher la muleta tout au long de la faena, sans parvenir à trouver le bon rythme face à un adversaire qui se défendait plus qu’il n’attaquait et qui infligea à deux reprises une voltereta au béarnais sans gravité apparente malgré un second accrochage sérieux lors de l’estocade.

Face au cinquième, il sembla accuser légèrement le coup, en perdant du terrain et en se faisant désarmer.  

Yon Lamothe (1 oreille après avis et 1 oreille après avis), le tarusate, faisait sa présentation en piquée. Il fut appliqué à son premier passage sans parvenir à corriger les coups de tête de son adversaire qui lui accrocha la muleta à plusieurs reprises. Il rallongea inutilement sa faena où il reçut une voltereta sans gravité et obtint un trophée généreux, soutenu par sa peña.

Il reçut l’ultime aux cornes abîmées (ce qui fut annoncé au micro avant le paseo) en montrant une certaine aisance cape en main. Il donna une faena sans transmission avant de conclure d’une demi-lame au second essai. Oreille d’encouragement.

Yon Lamothe reçut le Prix Jean Lestage attribué au triomphateur de la novillada.

………………………………………………….

En matinée, triomphe de Jean-Baptiste Lucq face à 3 erales d’Alma Serena bien présentés et donnant du jeu.

  • Niño Julian  : ovation.
  • Jean Baptiste Lucq  : oreille et oreille.

 

Le prix des organisateurs du Sud-Ouest fut partagé entre les deux novilleros.
Le prix de l’UCTPR fut remis à Jean-Baptiste Lucq.

Reseña : Matthieu Saubion (http://www.vueltaalostoros.fr/)
Photos : Romain Tastet.