Décès du matador Ricardo Chibanga.

Le matador portugais Ricardo Chibanga est décédé hier à son domicile de Golegã (Portugal).

Il avait quitté il y a quelques jours l’hôpital de Torres Novas où il avait passé un mois suite à un ictus (en médecine, manifestation pathologique soudaine).

Ricardo Chibanga, né à Maputo (autrefois Lourenço Marques, alors capitale de la province portugaise du Mozambique) le 8 novembre 1942 au sein d’une famille modeste, était le quatrième d’une fratrie de sept garçons. C’est l’une de ses idoles, Manolo dos Santos, qui, en tant qu’empresario de Campo Pequeno et d’une vingtaine d’arènes lusitaniennes, impulsa sa carrière.

Après une brillante carrière de novillero sous l’apodo « El Africano », Chibanga prit l’alternative le 15 août 1971 dans la Maestranza de Séville des mains d’Antonio Bienvenida en présence de Rafael Torres face à des toros de Pérez Angoso (une oreille du toro du doctorat). Sa carrière, basée sur un physique exceptionnel qui lui permettait d’être présent dans les trois tiers, fut jalonnée de triomphes, tant au Portugal qu’en Espagne et en France, convertissant le torero en véritable idole populaire.

Il réalisa son rêve de toréer dans les arènes de sa cité natale en juillet 1973 et son passage fut marqué par un triomphe total. Hélas un an après, une grave maladie de la vision l’obligea à s’éloigner des ruedos. Il resta cependant dans le milieu taurin en devenant impresario, parcourant le Portugal avec des arènes portatives.

Celui qui fut le premier torero noir de l’histoire revêtit le costume de lumières pour la dernière fois à Macao (Chine) en 1999.

Ricardo Chibanga avait 76 ans. RIP

Photo du haut : Ricardo Chibanga sous la tête naturalisée de son toro d’alternative.