Garlin.14 avril (matin). Des Pedraza qui mettent l’eau à la bouche.

La Peña Taurine Garlinoise avait fait une nouvelle fois appel à la ganaderia de Pedraza de Yeltes pour sa traditionnelle Journée Taurine de Printemps.

Comme lors des précédentes éditions, cette journée taurine débuta par la fiesta campera qualificative au cours de laquelle deux novillos de Pedraza furent opposés à deux novilleros, le mexicain Hector Gutierrez et l’espagnol Manuel Diosleguarde, deux garçons qui se disputèrent le troisième poste pour la novillada de la tarde, le vote du public à l’issue de la confrontation départageant les deux postulants.

Hector Gutierrez reçut le premier Pedraza par bonnes véroniques, demie et larga avant de le faire piquer par deux fois, la première rencontre se soldant par une chute de la pièce montée après pose du fer à la tombée du morillo (comme ce devrait être le plus souvent). Le second puyazo, trasero celui-ci mais sans intention, fut cependant dosé comme il faut par un Laurent Langlois très honnête dans son intervention. Quite du jeune mexicain par saltilleras puis une faena ambidextre où le garçon courut la main aux frontières du possible face à un novillo noble et classieux sur les deux cornes. Le trasteo de trop long métrage vit le bicho se décomposer un peu au final, virant distrait. Deux séries de muletazos de moins n’auraient peut-être pas occasionné cette perte de fijeza et permis au garçon de tuer dans de meilleures conditions. Entière delanterita au troisième assaut et des longueurs qui coûtèrent (je pense) la qualification au natif d’Aguascalientes. Arrastre justement applaudi et salut.

Manuel Diosleguarde reçut le moche mais brave second par une larga cambiada de rodillas suivie de quelques véroniques et revolera. Cet utrero très (trop) ensellé et un peu handicapé surmonta ses défauts physiques en se montrant encasté en trois rencontres face au picador, venant de loin mais n’ayant pas les moyens de ses ambitions. Débutée au centre par derechazos de rodillas, la faena fut de correcte facture avec un engagement correct mais peut-être une propension à plus accompagner la charge qu’à la maîtriser. Final par trois manoletinas (dont la dernière très serrée) et une entière caidita qui mit fin à la vie publique du Pedraza et qui compta de façon significative dans le vote du public. Arrastre applaudi. Salut.

Au début de la Fiesta Campera, Dorian Canton reçut le prix attribué au meilleur novillero de la temporada 2018 par l’Association des Critiques Taurins de France (ACTF) représentée par Miguel Darrieumerlou et Jean-Louis Haurat.

Le vote du public qualifia donc Manuel Diosleguarde pour la novillada de la tarde avec un écart d’environ deux cents voix (autour de trois-cents voix pour le mexicain contre un peu plus de cinq-cents pour l’espagnol).

Reseña et photos : Paco.