Saint Martin de Crau. 7 avril (tarde). Competencia en demi-teinte. Oreille pour Robleño et Chacon.

Deuxième étape de cette journée taurine du 7 avril avec une corrida de competencia mettant aux prises des toros de Giraud, Tardieu Frères, Fano (Vieux Sulauze), Jalabert Frères, Durand et Barcelo, dans l’ordre de sortie à un duo formé par le madrilène Fernando Robleño et le gaditano Octavio Chacon, actuellement l’un des meilleurs, si ce n’est le meilleur, lidiador (es) du marché .

Le premier bicho à fouler le sable saint-martinois portait le fer de Jacques Giraud. Accueilli genou fléchi par Fernando Robleño, il mansea face au cheval, affichant un comportement plus défensif qu’offensif, prenant tout de même quatre rations de fer dont deux du centre mais sûrement pas dans le style et avec la fijeza qu’aurait souhaité le ganadero. Tardo au dernier tiers, il ne sut convaincre Fernando Robleño qui, en d’autres temps, se serait montré plus volontaire (l’usure d’une carrière passée devant des toros que bien d’autres évitent soigneusement). Entière caida après pinchazo hondo. Division d’opinions.

Octavio Chacon, qui, lui, est en pleine possession de ses moyens, reçut le Tardieu par une belle série de véroniques et demie. Les bonnes manières affichées par le bicho à son entrée pouvaient laisser espérer une suite des plus intéressantes. Hélas une vuelta de campana et une première ration de fer très en arrière (suivie d’une seconde mieux placée) ruinèrent les espérances suscitées précédemment. Le Tardieu n’eut plus les moyens de ses ambitions et dut être ménagé au dernier tiers, ce que fit intelligemment Chacon lors d’une faena ambidextre toute en douceur servie à mi-hauteur. Bien que défensif du fait de sa faiblesse, le cornu se soumit à la puissante muleta du gaditano qui parvint à construire un trasteo relativement abouti conclu par une entière caidita foudroyante. Oreille.

Le Fano sorti en troisième position imposait le respect de par sa présentation. Fernando Robleño, qui en a vu d’autres, lui proposa de gagner le centre par véroniques ajustées avant de l’y fixer par une demie. Après deux piques, traserita la seconde, l’animal s’avéra tardo et un peu soso dans la muleta du madrilène qui composa une faena ambidextre d’honnête facture mais de peu d’écho dans les tendidos. Entière contraire après pinchazo hondo puis un peu plus d’une demi-douzaine de descabellos après avis. Silence.

Octavio Chacon reçut le Jalabert par une élégante série de delantales rématée par demie et revolera avant de le faire piquer à deux reprises, la seconde fois en positionnant le cornu au centre, le uhlan jouant bien le jeu en plaçant le fer à l’endroit requis (Ouf ! Au moins un qui a bien piqué !). Après un quite de Robleño par trois véroniques et media, moment d’émotion lorsque le banderillero Alberto Carrero chuta devant l’animal qui lui infligea une cornada limpia de 10 cm dans la cuisse droite. Face à ce toro qui donna quelques signes de faiblesse, Octavio Chacon dessina quelques bonnes séries droitières templées ainsi qu’une bonne série de naturelles avant que le Jalabert ne se dégonfle et lorgne vers les planches. Le torero de Cadiz l’y rejoignit pour y poursuivre son labeur au prix d’une voltereta sans conséquences qui mit fin aux débats. Trois-quart tendida latérale involontaire suite à une arrancada inattendue du bicho. Salut.

Le Durand fit une sortie en trombe. Abanto, il fut un peu long à fixer avant de prendre deux piques dont il sortit en boitillant un peu. Robleño peu à peu le mit dans sa muleta et patiemment construisit une bonne faena ambidextre, bien que d’inégale intensité, laissant quelques naturelles main basse pour le souvenir. On retrouva là le Robleño qui nous donna tant de belles tardes par le passé. Entière caida après avis. Oreille.

Le dernier toro de cette Feria de la Crau portait le fer de Barcelo. Après quelques véroniques et deux piques sans histoires, Chacon invita le sobresaliente Jérémy Banti au quite, lequel s’exécuta par véroniques et demie. Brindée au public, la troisième faena de Chacon fut essentiellement droitière, la corne gauche du bicho s’avérant moins abordable. Quelques séries de derechazos de bonne facture avant quelques difficultés avec la rapière en trois assauts pour laisser une quasi-entière caida. Salut.

Reseña et photos : Paco.
Vidéo : FeriaTV. Faenas des 5° et 6° toros.