Saint Martin de Crau. 7 avril (matin). Les Yonnet protagonistes majeurs d’une matinale intéressante.

Reportée de la veille à cause des intempéries sévissant sur la région, la corrida de Yonnet s’est déroulée le dimanche matin devant une assistance conséquente et sous un soleil revenu.

Au menu donc six toros de la famille Yonnet, deux de Hubert (4° et 6°) et quatre de Christophe (1°, 2°, 3° et 5°), tous avantageux au niveau du trapio (de 520 à 590 kg), les deuxième et sixième cornicortos. Tous ont joué leur partition en dix-sept rencontres face au cheval avec des engagements divers, le troisième « Mermoso » (primé de la vuelta) en totalisant quatre à lui tout seul dont deux en traversant la piste mais sans vraiment s’employer ensuite dans le matelas lors de ces deux dernières piques. Souvent compliqués au dernier tiers (peut-être trop piqués).

Pour les affronter, les organisateurs avaient choisi les madrilènes Javier Cortés et Gomez del Pilar, le landais Thomas Dufau représentant l’hexagone.

Javier Cortés débuta sa matinale par quelques véroniques pieds joints rématées par demie avant de confier son adversaire aux bons soins du lancier de service pour trois piques, trasera la première, en carioca la suivante. Hélas, arrivé au dernier tiers, le bicho (trop châtié) n’assura que la première mi-temps de la faena, réduisant ses charges progressivement au cours d’une poignée de séries ambidextres, finissant parado. Le madrilène fit ce qu’il put avec le métier qu’on lui connaît avant d’en finir d’une quasi-entière traserita et tendida. Palmitas.

Le quatrième fut capté par le capote de Cortés sans que celui-ci puisse fixer ses pieds dans le sable pour dessiner des véroniques. Deux piques pour ce bicho, la première trasera et latérale. Suivit une seconde faena majoritairement droitière de correcte facture où le Yonnet réduisit peu à peu la voilure, obligeant le garçon à lui arracher les derniers derechazos. Entière delantera latérale. Salut.

RAS au capote pour Thomas Dufau face au second qui le désarma sur un extraño lors de la première mise en suerte face au cheval. Trois rations de fer pour ce bicho à la charge incertaine, traserita la première, trasera et latérale la suivante. Parvenu au dernier tiers, le Yonnet y manifesta une certaine noblesse que le landais mit à profit dans quelques séries droitières de correcte facture dont deux de très bon niveau, toro et torero y trouvant un éphémère accord. Lors du passage à gauche l’affaire se corsa, le Yonnet sortant suelto des muletazos et permettant peu. Entière traserita concluante et pétition (qui m’a paru majoritaire) mais que le palco refusa de valider (bronca). Vuelta pour Thomas.

Quelques véroniques et demie pour la réception du cinquième qui prit deux piques, trasera la première, puis une (trop) longue faena essentiellement droitière de Thomas dont on retiendra à nouveau deux bonnes séries sur la dextre, le landais une fois de plus ne semblant pas très à l’aise sur le bord opposé. Entière latérale et tendida au second assaut, kyrielle de descabellos faisant suite à l’intervention maladroite du puntillero. Silence.

Gomez del Pilar semblait très décidé. Il le fit savoir en se positionnant face au toril pour une réception par larga cambiada de rodillas a porta gayola. Hélas la suite fut plus chaotique, le Yonnet ne se fixant pas dans le capote du madrilène qui finit désarmé. Première pique trasera sans mise en suerte, puis une pique correcte avant éloignement du bicho au centre puis à l’autre bout de la piste pour deux légères rations de fer où le bicho s’employa de façon très relative. Cette pelea fut saluée par la musique. Brindée à l’assistance, la faena ambidextre fut d’inégale intensité, le Yonnet se serrant à plusieurs reprises sur l’homme et ne permettant pas la faute. Trasteo volontaire du garçon qui douta par moments et qui fut un peu débordé sur la main gauche. Quasi-bajonazo pour clore les débats et vuelta (peut-être un peu généreuse) du Yonnet. Suivit une pétition non suivie d’effet. Vuelta également pour le piéton.

C’est à nouveau a porta gayola que Gomez del Pilar s’en fut chercher le sixième qu’il capta ensuite sans parvenir à se fixer. Trois rations de fer prises avec fixité en mettant les reins et en poussant, le cornu obtenant la chute de la pièce montée lors de la première rencontre. Sûrement le meilleur premier tiers de cette matinale. Brindée au matador biterrois Thomas Cerqueira, la faena tourna vite court, le Yonnet retenant ses charges et développant beaucoup de sentido. Le madrilène renonça rapidement et expédia l’animal d’une demi-lame latérale et tendida portée au second assaut. Deux descabellos sans effet avant que le toro ne se couche. Quelques applaudissements.

Reseña et photos : Paco. Vidéo : FeriaTV.