Nîmes. 7 avril. Solalito remporte le 26eme Trophée Nimeño II.

Arènes de Nîmes. Novillada sans picadors. Trophée Nimeño II. 1500 personnes environ.

3 erales de Christophe Fano et 3 de Raphaël Durand. Correctement présentés et offrant un très bon jeu dans l’ensemble.

Solalito déclaré vainqueur du trophée Nimeño II.

  • Miguel Polope : oreille et oreille.
  • Solalito : ovation et deux oreilles.
  • Nino Julian : vuelta et vuelta.

 

Miguel Polope salue par véroniques puis chicuelinas et tafalleras son opposant de Fano. Avec la flanelle le jeune torero valencian va composer une faena de belle composition surtout de la gauche, faisant preuve d’une certaine sécurité. En face le Fano est noble et brave et possède une excellente corne gauche. Le passage gaucher est de moindre facture. Le valencian reprend la gauche pour deux séries ajustées avant final par ayudados. Grande entrée à matar en se faisant accrocher sans mal. Entière tendida. Oreille méritée.

Solalito reçoit brillemment le second du fer de Fano par un bon jeu de cape. Quite de Nino Julian avant que Solalito pose les banderilles avec aplomb. Avec la muleta le nîmois va composer un trasteo marqué par la douceur et un très bon concept du toreo. Débuts droitiers en gagnant le centre de belle facture. Le labeur du nîmois va culminer sur le piton gauche, au demeurant le meilleur du noble Fano. Solal va soigner le geste, profitant des bonnes charges du cornu pour remporter l’adhésion du conclave. Final en redondos d’une belle faena. Hélas le maniement défectueux des aciers va priver Solal d’un, voire des deux trophées qui lui tendaient les bras.

Le jeune Nino débute par un Fano plus commode d’armures qu’il salua correctement au capote. Le jeune nîmois se charge de la pose des banderilles avec beaucoup d’alegria. Brindis à Clément Hargous. Début en se ployant. Le jeune nîmois va se montrer valeureux face à un eral pas des plus commodes qui lui infligea trois volteretas sans gravité. Le jeune élève du CFT élabora une faena majoritairement droitière où il signa des derechazos de bonne facture. Nino fut courageux au devant d’un cornu qui se défendait en cherchant la querencia. Entière trasera et descabello.

Au quatrième Miguel Polope conduit le Raphaël Durand por fuera avant un bon quite de Solalito auquel répond le valencian. Brindis au public. Avec la muleta l’apprenti torero venu de Valencia va developper un bon concept du toreo alternant muletazos au fin tracé et sens du dominio plutôt abouti pour la catégorie. Très bon eral de la famille Durand noble sur le piton droit. De la main droite pour les meilleures séries faisant croître l’adhésion du public. Final en redondos de belle facture. Entière en s’engageant, se faisant soulever sans mal. Une oreille venant récompenser son labeur.

Solalito accueille le quinto de Raphaël Durand par larga afarolada de rodillas puis bon capoteo. Le nîmois va se charger de poser les banderilles avec brio. De nouveau le nîmois va instrumenter un trasteo d’un superbe tracé artistique, avec un concept du toreo classique et épuré. Solal va dessiner de la droite un trasteo harmonieux et suave profitant des bonnes options de son noble opposant. De la gauche la douceur sera de mise également, le jeune torero dessinant de belles naturelles bien ciselées. Final par rodillazos puis luquecinas avant de loger une entière qui libéra deux pavillons.

Face au dernier marqué du fer de Raphaël Durand le jeune Nino va faire face avec ses armes au devant d’un eral possédant une bonne corne droite. Le benjamin du cartel composa un trasteo majoritairement droitier de correcte facture. Malgré quelques manque liés à sa jeune expérience le nîmois fut volontaire et courageux faisant montre de beaucoup d’entrega avant de sécher avec la feraille par trois fois avant de loger une grande entière en s’engageant. Pétition d’oreille non suivie.

Reseña et photo : Pierrick Charmasson (toriltv.com)