Les spectacles du 31 mars : Castellon, Madrid, Le Sambuc, Cehegin, Ubrique.

A Castellon, la dernière corrida du cycle présentait un lot de toros composé par deux Olga Jimenez (1° et 5°), un Peña de Francia (2°) et trois Garcia Jimenez (3°, 4° et 6°), les trois fers étant de la même maison, à savoir la Casa Matilla, et tous d’encaste Domecq.

Inégaux en présentation, ils donnèrent des jeux divers, le troisième s’avérant le meilleur de l’envoi.

Finito de Cordoba, très en vue à Valencia face aux Fuente Ymbro, affronta en premier un bicho qui s’employa de façon relative sans vraiment aller au bout de ses intentions. Le cordouan le soumit par le bas et la faena majoritairement droitière qui s’ensuivit resta dans une note très moyenne. Silence après des maladresses avec les aciers.

Le quatrième avait tendance à gagner l’abri des planches. Patiemment Finito le mit dans sa muleta pour composer une faena aux saveurs andalouses hélas gâchée une fois de plus par un usage défectueux des aciers. Ovation et salut.

Cayetano reçut le second par une larga avant de signer une faena de correcte facture dont les meilleures séquences furent gauchères, le cadet des Ordoñez mettant à profit la noblesse et la bonté de l’animal avant de loger une lame dans tout le haut qui fut déterminante pour la concession de la première oreille de la tarde.

Le manso cinquième offrait bien peu d’options et on ne retiendra que des détails de la seconde prestation du torero dont à nouveau une bonne estocade. Salut.

Varea accueillit le troisième par une poignée de belles véroniques rématée par demie, puis poursuivit par une belle mise en suerte face au cheval suivie d’un quite tout aussi qualitatif. La faena trouva un bon rythme de croisière à sa mi-temps lorsque le garçon trouva enfin le sitio. Suivirent alors de belles tandas ambidextres et une conclusion par un espadazo foudroyant qui déclencha une grosse pétition, le garçon obtenant au final un trophée alors que les tendidos en réclamaient deux (bronca au palco).

Brindée à ses compagnons de cartel, la seconde faena de Varea fut plus volontaire que profonde, le bicho se prêtant peu au jeu. Décidé à ouvrir la Puerta Grande, le jeune torero fit le maximum mais la conclusion mit à mal son projet. Salut après une entière au second assaut.

A noter que la pluie fit reculer le paseo d’une heure, les trois toreros décidant au final de toréer malgré le mauvais état du ruedo, pluie qui s’invita également au cours du spectacle.

Photos : Joël Buravand.
Voir toutes les photos de Joël en cliquant ici : PHOTOS.


A Madrid, face à des novillos de José Luis Pereda, bien présentés, Adrien Salenc laisse la meilleure impression face au troisième de la tarde.

Cet utrero sérieux de présentation et à la charge désordonnée fut progressivement discipliné par le jeune français lors d’une faena ambidextre dont on retiendra principalement les tandas droitières. Léger accrochage lors de l’entrée a matar avant de laisser une lame trasera suivie par quelques descabellos. Salut. Après avoir renversé le cheval, le sixième s’avéra soso et Adrien assura faute de pouvoir élever le niveau de sa prestation. Silence.

Juan Carlos Carballo tomba sur un premier adversaire juste de forces qui arriva soso au dernier tiers. Peu d’options pour le garçon qui connut quelques difficultés avec les aciers. Silence. Le quatrième, au physique de toro, afficha peu de qualités, permettant juste de mettre en évidence la volonté et la fermeté du novillero qui se fit bousculer au final. Palmas.

Jesús Díez ‘El Chorlo’ reçut de bonne manière le second qui manifesta ensuite peu de mobilité par la suite, ôtant tout espoir de briller au garçon. Estocade en deux temps puis une poignée de descabellos. Silence. Désireux de remettre les pendules à l’heure, El Chorlo accueillit son second a porta gayola. Par la suite le Pereda s’éteint et le garçon ne put que mettre à profit la noblesse du bicho que dans quelques séquences templées. Conclusion par une lame basse au second assaut. Silence.

(Photo : Plaza 1)


Au Sambuc (13) était organisée une rencontre entre écoles taurines. C’est Lucas Spagna, de l’école taurine d’El Juli, qui s’est distingué en coupant les deux oreilles de son novillo de Colombeau, ce dernier étant honoré de la vuelta posthume.

Fabien Castellani, Quentin Brousse et Jean-Baptiste Lusq ont coupé chacun une oreille, Gualtiero Lopez a salué.


La corrida prévue à Cehegin dut être reportée à cause des intempéries. Elle devrait être re-programmée le 13 avril prochain.

Même cause, mêmes effets pour la Corrida de la Piel d’Ubrique qui devrait être reportée quant à elle au 1er mai.